US

Quid de Lichtsteiner et Pirlo à Turin?

par

Depuis plusieurs jours, deux joueurs de la Juventus Turin font le buzz dans les magazines sportifs. Il s’agirait de Stephan Lichtsteiner et, surtout, Andrea Pirlo. Si le cas du premier semble sur le point de ses régler, le dossier du second est encore loin d’être bouclé.

Le défenseur suisse figurerait, effectivement sur les tablettes de Manchester United, mais également Arsenal, comme l’indique TalkSport. Un montant de 21 millions d’euros serait même évoqué. Néanmoins, Itasportpress rapporte aujourd’hui que l’ancien lillois pourrait prochainement prolonger son contrat jusqu’en juin2018 avec un salaire annuel estimé à 2 millions d’euros.

En ce qui concerne le milieu transalpin, les négociations pour une prolongation de contrat semble plus compliqué, même si le quotidien italien Le Corriere dello Sport annonce un futur contrat de deux saisons, assorti d’un salaire annuel de 4 millions d’euros. En effet, aucun accord n’a pour le moment été trouvé et les clubs se bousculent pour récupérer l’international transalpin. Sur ses traces, il y aurait notamment Tottenham, Arsenal, Chelsea et Manchester United, d’après le Daily Star, mais aussi Galatasaray !

Roberto Mancini a même affirmé qu’il aimerait le récupérer le joueur dans Tuttosport. : « Il peut encore faire la différence dans toutes les équipes. Ça me plairait de l’avoir dans mon équipe, je n’ai pas peur de l’admettre. » De son côté, le joueur a affirmé qu’il avait tout son temps : « Il y a encore toute une saison pour parler de mon contrat. Je veux continuer ma carrière jouer parce que j’aime ça et que, physiquement, tout va bien pour moi. Ce sera à la Juve ou dans une autre équipe, rien n’est exclu aujourd’hui. »

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.