US

Suarez et Sessegnon à l’OM? Brandao au Gremio

par

Didier Deschamps aura du mal à aligner une attaque solide pendant la CAN. En effet, en comptant les départs à la CAN d’André Ayew et de son frère Jordan, s’il ne refuse pas la convocation, plus la blessure d’André-Pierre Gignac, l’OM ne pourra pas compter sur trois éléments offensifs et même quatre !

Mais qui est ce quatrième joueur ? Il s’agit évidemment de Brandao qui est actuellement prêté au Gremio. Son prêt devait se terminer à la fin du mois, mais l’attaquant brésilien ne reviendra pas à Marseille début 2012, comme l’a affirmé José Anigo : « Effectivement, Brandao est prêté jusqu’en juin. »

Une information également confirmée par Franck Henouda, l’agent du joueur : « Brandao est prêté au Grêmio jusqu’au 30 juin 2012. Il n’y a donc aucune urgence dans ce dossier. Et il n’y a aucune discussion concrète d’entamée avec l’OM. »

L’entraineur phocéen démarrera donc l’année qu’avec Loic Rémy, Mathieu Valbuena, Morgan Amalfitano, Chris Gadi et de Billel Omrani. Une liste un peu juste quand on sait que l’entraineur français aime joue suvent avec trois voire quatre options offensives.

De ce fait, les dirigeants olympiens seraient à la recherche d’un joueur offensif et si nous avons récemment relayé les noms de Boriello, Sissoko, Belluschi, Rodriguez ou encore Mouloungui, Het Belang Van Limburg affirme aujourd’hui que les dirigeants marseillais suivraient l’attaquant d’Anderlecht, Matias Suarez. A noter que The People aurait relancé la rumeur de l’ancien milieu offensif parisien, aujourd’hui à Sunderland, Stéphane Sessegnon.

Qui sera donc l’apport offensif du club ? Seul le temps nous le dira. Affaire à suivre…

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.