US

Payet, Brahimi, Yarmolenko : Les indiscrétions mercato du 22 août 2016

par

Alors que le mercato ferme dans un peu plus d’une semaine, les rumeurs de transferts sont nombreuses. Voici le récap du jour.

On y croit

Yacine Brahimi (Porto) pourrait débarquer à Arsenal pour environ 46 M€.  Si Everton a déjà entamé les négociations, le joueur privilégierait un club disputant la Ligue des Champions. Une aubaine pour le club londonien (Mirror)

A la recherche d’un ailier, Tottenham pourrait rapidement passer à l’action pour enrôler Andriy Yarmolenko. Lié au Dynamo Kiev, l’international ukrainien serait en délicatesse dans son club. Les Spurs seraient prêts à mettre 25 M€ sur la table (The Sun)

Benoît Costil serait en contacts avancés avec la Fiorentina. L’ancien Caennais devrait débarquer à Florence contre un chèque de seulement 1 M€, soit cinq fois moins que la somme espérée par les dirigeants rennais (Le Télégramme)

On n’y croit pas

Dans le viseur du Real Madrid, Dimitri Payet devrait rester à West Ham. Le co-président des Hammers s’est montré très clair : « Si Barcelone nous propose 100M€, alors il partira. Mais nous voulons être dans une position où nous ne devons pas vendre. » D’autant que Payet n’a jamais fait part d’une envie de départ (Daily Mirror)

Liverpool aurait jeté son dévolu sur Bruno Martins Indi. Sous contrat au FC Porto, le défenseur avait débarqué du Feyernoord il y a deux ans contre 7,7 M€. Liverpool aurait formulé une offre de 4,9M€. Porto devrait repousser les avances des Reds (The Sun)

Arrivé en 2015 au Benfica, Adel Taarabt n’a toujours pas disputé la moindre minute avec l’équipe première en championnat. L’international marocain aimerait relancer sa carrière à l’OM. Reste à savoir si son profil intéressera les dirigeants phocéens (France Football)

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.