« Jouer comporte des risques : endettement, dépendance... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé). »

On n’entend plus chanter les parisiens (billet d’humeur)

Tu habites une grande ville, mais il ne s’agit pas de Paris. Pourtant hier, aux alentours de 20h30, plus une table dans quel bar que ce soit, disposant d’un écran. Tu galères donc pendant 10 minutes avec tes potes avant de trouver une place. C’est un peu chiant c’est vrai. Mais on n’en ferait pas tout un plat si cela ne soulevait pas une problématique plus large : qui sont tous ces gens, de sortie pour assister au quart de finale retour de Champion’s League, opposant Chelsea au Paris-Saint-Germain?

Parce que, soyons clair, on n’a jamais vu aussi nombreux les supporters du club de la capitale. Et qu’on ne dise pas que ce sont des amateurs de foot attirés par l’enjeu de l’opposition, mettant en scène un club français en Coupe d’Europe. Car lorsque l’Olympique Lyonnais a atteint le dernier carré de cette même compétition en 2010, il n’y avait pas autant de monde. Aujourd’hui, soutenir Ibra & co., c’est devenu une attraction, une mode. Espérons qu’elle ne déroge pas à la règle, et reste temporaire.

Ces nouveaux supporters parisiens

Ces nouveaux supporters du PSG. Ceux qui, quand tu les chambre en leur disant qu’ils supportent le PSG depuis l’ère qatarie, te répondent quelque peu gênés : « Meuh non pas du tout, ça fait longtemps ». Qu’ils sachent bien pour leur gouverne, que si tu avais osé affirmé une telle chose à un véritable fan parisien, il t’aurait gentiment invité à clore ta cavité buccale, ou à aller se faire foutre. Au mieux. Dans le cas où il se serait agi d’un ancien d’Auteuil ou de Boulogne, il t’aurait juste collé son poing dans la gueule. Après avoir vu évoluer Pedro Miguel Pauleta, on aime l’efficacité.

Tribune Boulogne

Ce qui fait donc que l’on se retrouve avec de vrais néophytes du football. Des mecs qui n’y connaissent absolument rien. Le problème c’est que nous, les vrais amoureux du ballon rond, on n’en veut pas de ces gars là. Aucune envie que le Saint Graal des sports deviennent la dernière des conneries en vogue, adulé une flopée de hipsters. Les mêmes personnes qui, il y a quelques années, employaient le terme « cas soc' » pour te désigner lorsque tu parlais de te rendre à un match.

Comme une vague impression qu’ils ne comprennent pas même l’essence de cette religion, quand tu les vois assister à une rencontre le cul scotché contre leur chaise. Que leur attaquant vedette rate l’immanquable, que leur meilleur joueur se fasse sévèrement sécher ou que leur équipe encaisse un but, la même réaction. Aucune. Ils conservent cet air stoïque et détaché, tellement agaçant. Peuvent-ils imaginer que nous, quand on regarde un match, c’est à l’écran qu’on est scotchés. Insulter l’arbitre, chambrer l’adversaire, chanter à s’en égosiller la voix, célébrer les buts, être de mauvaise foi… C’est ça qui fait notre bonheur. Le football est un sport qui se vit, pas une attraction pour bobo branché.

Humilie-le, il s’inclinera

Tu pourrais bien être la seule personne du bar tenant pour l’équipe adverse, c’est toi qu’on entendrait. Si tu chambrais sur un air de « et ils sont oùùù, et ils sont oùùù, et ils sont ou les … », parce que les tiens marquent à la 84e un but synonyme de qualification, personne ne te répondrais. On ne t’accorderait même pas le moindre regard. Peut-on décemment désigner ces personnes comme des supporters, sans risquer de salir la connotation de ce terme? Bien sûr que non. Le mot spectateur conviendrait bien mieux. Quoique, en l’occurrence, téléspectateur.

Pour en revenir aux néo-parisiens, Ils ne peuvent pas sérieusement penser tenir pour l’équipe de Laurent Blanc. Pourquoi? Parce qu’ils ne sont jamais allés au Parc des Princes. Parce qu’ils ne savent absolument pas qui sont Rai, George Weah ou Jay Jay Okocha. Parce que pour eux, Michel Denisot est juste un présentateur de télévision. Parce que, pour le peu qu’ils jouent à Fifa, ces dernières années ils ont systématiquement pris Barcelone et le Bayern Munich. Parce qu’il n’y a pas si longtemps que ça, le foot c’était encore un sport de « blaireaux ». Parce que les mots Auteuil, Boulogne et Pauleta cités ci-haut ne signifient rien à leurs yeux. Pardon, si. Depuis qu’ils les ont lu et recherché dans Google il n’y a pas plus de trois minutes. Ca suffit?

Jeanpierre

Ils ne se rendent pas compte qu’à nos yeux, ils complètent parfaitement les critères de l’archétype du « Footix ». Je tiens pour le PSG depuis deux ans, je me fais éliminer en Champion’s League mais c’est pas grave on la gagnera l’année prochaine, mon émission préférée c’est Téléfoot, j’aime bien les commentaires de Christian Jean-Pierre, c’est vrai que Barcelone joue pas mal non, et Jean-Michel Aulas est vraiment le dernier des cons. Ceux à qui ils font le plus de mal finalement, ce sont bien les « vrais » fans du club de la capitale, qui voient leur image ternie par une bande d’arrivistes.

Ils ne se rendent pas compte qu’avec ses millions, c’est bien plus que des joueurs qu’a acheté Nasser Al-Khelaïfi, mais l’intérêt de plusieurs milliers de personnes. Dont le leur. Et non, on peut pas aller jusqu’à parler de passion.

Le bonus


par :