US

OM-Arsenal : Remy dans le viseur

par

Peu satisfait des performances de Fernando Morientes, l’entraineur phoéen Didier Deschamps aimerait recruter un attaquant supplementaire pour le prochain mercato d’hiver. Ainsi pour corriger ce problème offensif, ce dernier voudrait s’attacher les services du niçois, Loïc Remy. Auteur d’une première partie de saison de bonne facture, l’international tricolore pourrait être tenté par un départ vers un club plus huppé même si pour le moment il affirme se sentir bien à Nice.

L’Olympique Marseille qui dispose d’une bonne somme argent en reserve, attend de vendre Hatem Ben Arfa pour ensuite passer à l’action. Néanmoins selon un proche du dossier, le principal obstacle à la venue de Loïc Remy ne serait pas financier, mais de la clause prioritaire que detient Lyon sur le joueur.

En effet, l’OGC Nice n’a pas le droit de vendre son attaquant à un club sans avoir consulté l’OL. En clair, si les phocéen trouvent un accord avec les Aiglons concernant l’indemnité de transfert et que Lyon fait jouer sa clause de priorité, l’OM devra alors convaincre Loïc Remy  de signer sur la Cannebière.

Néanmoins, Lyon n’est pas le seul obstacle pour Marseille. En effet, les olympiens sont en concurrence avec d’autres formations sur ce dossier notamment avec Arsenal. La formation entraînée par Arsène Wenger suit le joueur français de trés près. Selon le quotidien The Sun, les Gunners seraient disposés à mettre 15 millions d’euros.

Une somme intéressante d’autant plus que le club londonien souhaite la venue du joueur pour la saison prochaine. Une solution qui plaît beaucoup aux dirigeants niçois puisque ces derniers aimeraient vendre leur attaquant dès janvier et le garder dans leur effectif jusqu’au mois de juin.

Affaire à suivre…

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.