US

OL : Gignac et Remy dans le viseur

par

Karim Benzema partit au Real, les dirigeants de l’Olympique Lyonnais vont maintenant devoir pallier le départ de l’international tricolore pour ne pas décevoir leurs supporters. Ainsi selon la radio RMC, le nom d’André-Pierre Gignac et celui de Loïc Remy reviennent avec insistance dans les couloirs de Gerland. Bien que ces deux joueurs soient intransférables, les dirigeants de l’OL sont persuadés qui peuvent tout de même se les offrir.

Concernant le buteur toulousain, le président Olivier Sadran a encore confirmé que son joueur ne bougerait pas du Téfécé : « Jean-Michel Aulas m’a déjà intérrogé sur le sujet. Il connaît ma position et il sait qu’il n’y a pas d’issue concernant un éventuel transfert ». Néanmoins cela ne semble pas décourager le club rhodanien qui envisage de revenir à la charge avec une offre approchant les 20 millions d’euros. A noter que les Blackburn Rovers ont déjà formulé une offre de 11 millions d’euros pour le meilleur buteur du championnat de France.

Ensuite pour l’attaquant niçois, les choses sont identiques. Le président de l’OGCN, Maurice Cohen ne compte pas laisser filer son joueur, d’autant que ce dernier a récemment déclaré vouloir rester une saison supplémentaire chez les Aiglons. La direction lyonnaise envisage de mettre 15 millions d’euros sur la table en plus de son milieu offensif gauche, Anthony Mounier, un joueur qui intéresse fortement l’entraineur du Gym.

Autre piste mais trés difficile à concrétiser, celle de Lisandro Lopez. Le FC Porto est prêt à le laisser filer contre un chèque de 25 millions d’euros, une somme jugée trop élevée par Jean-Michel Aulas. Néanmoins dans l’urgence, ce dernier pourrait être dans l’obligation de se plier aux exigences du club lusitanien. A noter que Klaas-Jan Huntelaar a refusé de rejoindre l’OL.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.