US

Lille : Ca se complique pour Corchia !

par

Le feuilleton Sébastien Corchia (pour cet hiver) s’est refermé d’une bien triste façon pour les dirigeants du LOSC et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, cela pourrait également être le cas pour le prochain mercato d’été.

En effet, pour rappel, après la DNCG, c’est le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) qui a décidé de ne pas homologuer le nouveau contrat de l’international espoir. De ce fait, les Dogues et les Lionceaux ont décidé d’abandonner leur quête et attendent le mois de juin prochain pour régler ce dossier. Chose qu’espère le joueur.

« Pour l’instant, mon agent discute avec les dirigeants lillois pour essayer de trouver une solution pour le mois de juin. On voit si on peut se mettre d’accord tout de suite. On va voir comme les choses vont se passer, mais ça discute «  a indiqué l’ancien Manceau sur RMC.

Seul hic, les sochaliens qui n’avaient pas prévu son retour (comme le LOSC), avaient profité de sa vente et des économies faites sur le salaire du joueur donc pour signer Florian Marange et Yohann Pelé avant la fin du mercato. Son retour complique donc les choses puisqu’il faut de nouveau payer le latéral droit.

Les doubistes demanderaient donc aux nordistes de prendre dès maintenant en charge une partie du salaire de Corchia, comme l’indique L’Equipe. Du côté lillois, on aurait pas l’intention de payer un joueur qui ne fait pas parti de l’effectif et on aimerait même revoir l’indemnité de transfert, initialement de 2,3 millions d’euros, à la baisse !

Une affaire compliquée qui pourrait finalement envoyer le joueur bien loin du Nord de la France (Saint-Etienne, Marseille ou encore la Russie?). Affaire à suivre…

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.