US

La Russie pourrait perdre la Coupe du Monde 2018 !

par

Comme vous le savez sûrement, la Russie est censée succéder au Brésil et organiser la prochaine édition du Mondial.

Mais la crise ukrainienne pourrait avoir des conséquences inattendues pour le pays le plus vaste du Monde.

Ainsi, avec l’annexion récente de la Crimée par les troupes de Vladimir Poutine, certains clubs de cette région ont été admis en 3ème division russe.

Cette décision, prise par la Fédération Russe de Football, est néanmoins caduque du point de vue du règlement de la FIFA.

Le vice président de l’UEFA, Grigorij Surkis, Ukrainien de surcroit, a par ailleurs affirmé que la Russie avait « jeté un défi aux instances européennes et mondiales du football ».

Il a rappelé que le règlement de la FIFA stipule que des clubs ne peuvent participer à des compétitions sportives sur le territoire d’un autre pays sans l’accord de la fédération mère, mais aussi qu’ils ne peuvent être intégrés à une nouvelle fédération sans l’accord de la FIFA, et évidemment de la fédération de départ.

Les juristes en droit du sport sont déjà en train de plancher sur la question.

Si les clubs de Crimée venaient à jouer dans le championnat russe sans l’accord de la Fédération Ukrainienne de Football, son homologue russe va au devant de graves sanctions de la part de l’UEFA et de la FIFA.

Une interdiction de participation aux coupes d’Europe, ainsi que la suspension de la sélection de Russie pour la phase qualificative pour l’Euro 2016 deviennent de plus en plus envisageables.

Mais la plus grande punition pourrait bien être la suspension de la Fédération Russe de Football, ce qui aurait pour conséquence l’annulation de l’organisation de la plus grande compétition de football de la planète.

 

 

 

 

 

 

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.