US

Gignac veut rejoindre LYON

par

A la recherche d’un deuxième joueur offensif, l’Olympique Lyonnais aurait persuadé le buteur toulousain, André-Pierre Gignac de rejoindre ses rangs. Meilleur buteur du dernier championnat, l’ancien toulousain a été un grand artisant de la bonne saison toulousaine et aujourd’hui ses belles prestations lui valent d’être quelqu’un de trés courtisé. Intérrogé par le quotidien L’Equipe, il indiqué qu’il envisagerait de rejoindre Lyon le plus tôt possible.

 «À vingt-trois ans, je suis obligé de considérer cette offre-là, dit-il. Il ya quelque temps, j’avais déclaré qu’il n’y avait que l’OL qui pouvait me faire réfléchir. Comme par hasard, cette offre arrive, je ne peux pas y rester insensible. (…) Moi, j’envisage d’aller à Lyon. »

« Moi, j’aimerais que les trois parties se rapprochent et discutent sereinement. Que le président comprenne mon point de vue, puis que tout le monde s’entende sur des modalités éventuelles de transfert. »

« Je ne veux pas partir comme un mercenaire. Je souhaite qu’on se mette autour d’une table et qu’on discute. Je sais que cela s’est mal passé entre Lille et Toulouse, lorsque j’ai quitté Lorient. Je n’ai pas envie de revivre la même chose. Je n’ai pas envie de faire la gueule. Ça ne m’intéresse pas. »

 Franchement, je pense que ma progression passe par Lyon. Je n’imaginais pas qu’un grand club allait venir me chercher maintenant. Lyon m’intéresse. On dit que le train ne passe jamais deux fois… »

En cas d’arrivée dans le Rhônes, la question sera est-ce que le toulousain aura les epaules assez larges pour s’imposer dans une équipe qui joue le haut du tableau.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.