1/4 de finales retour de la Champion’s League : From Great Britain with love !

Je vais commencer par parler du match du Barca qui a fait un nul à l’Allianz Arena face au Bayern sur un joli but de Ribéry et un autre de Keita suite à un modèle de jeu en triangle lui-même consécutif à 18 passes de Barcelone. En gros Barcelone a gagné, s’est qualifié comme prévu et le Bayern a lutté en montrant un meilleur visage que la semaine dernière. On a balayé le prévu, passons maintenant au surprenant.

Les observateurs disaient avant ce match que la qualification de Liverpool, très compromise après la défaite 1-3 de l’aller, serait possible à condition d’être extrêmement performant. La bonne nouvelle pour Liverpool c’est que les hommes de Rafa Benitez ont été extrêmement performants, la mauvaise c’est que Chelsea aussi. Pour nous, ça a donné un match magnifique, probablement le meilleur de l’année. Un match comme seules deux équipes anglaises peuvent nous fournir actuellement.

Si vous aviez manqué le début, Liverpool devait marquer au moins 3 buts et au cas où Chelsea venait à marquer, mettre au minimum deux buts de plus que les Blues. Les Reds ont pris le match par le bon bout en marquant par deux fois aux alentours de la demi heure de jeu par Fabio Aurelio d’un coup franc vicieux à la 19e minute et par Xabi Alonso sur penalty à la 28e minute. A ce moment là, les Reds dominaient leur sujet en attaquant de façon appliquée et réfléchie tout en démontrant l’envie qui les caractérise toujours. Chelsea qui pour une fois ne pouvait pas compter sur Cech, peu inspiré ce soir, était approximatif dans son jeu et peinait réellement à construire son jeu en multipliant les approximations dans les 30 derniers mètres.

Au retour des vestiaires, Chelsea a réglé ses défauts, s’est mis à être moins emprunté, et est revenu à 2-2 suite à une faute de main sur une déviation de Drogba (50e) et sur un coup franc surpuissant d’Alex (57e). Vingt minutes plus tard, Lampard a même donné l’avantage aux Blues sur un centre de Drogba.

A ce moment du match, il reste un quart de jeu, Liverpool doit marquer 3 fois, on se dit que c’est fini. Ben non. Car les Reds ne sont définitivement pas une équipe comme les autres en Champion’s League. Par une frappe déviée de Lucas et une tête de Kuyt (aux 81e et 82e), les hommes de Bénitez sont encore revenus dans la partie. Ils étaient alors, pour la deuxième fois du match, à un but de la qualification. La même qui relevait de l’exploit 80 minutes plus tôt. Malheureusement pour les Reds, Chelsea est aussi une équipe à réaction. Et sur un énième rush d’Anelka/Drogba coté droit ponctué par un centre, Lampard a égalisé pour sceller la qualification des Blues sur une reprise du droit au point de penalty(87e). 4-4, 7-5 sur le cumul des matchs et un quart de finale dans les annales de la C1.

Au sortir du matchs, outre l’exceptionnel combat et cœur des deux équipes, j’ai apprécié le fait que la match soit fabuleux à tous les niveaux : le stade, l’ambiance…et les entraineurs. Parce que niveau coaching, ça a été du très haut niveau. Coté Chelsea, une fois de plus, Hiddink a démontré qu’il était un énorme entraîneur. Son équipe ne va pas, et il décide de la changer dès la 36e minute. En changeant Kalou par Anelka, Hiddink a remplacé un joueur qui perdait son duel face à Aurelio par un joueur plus expérimenté mais aussi plus joueur avec une meilleure vision de jeu. Certes il a un peu perdu en vivacité (quoique…) mais c’était pour prendre un peu plus de transversalité, d’autant plus qu’il pouvait prendre la profondeur avec Malouda à gauche. A la fin du match, Anelka finit le match en signant deux passes décisives et en emmenant le défenseur qui laisse Lampard libre sur le 3-2.

Coté Liverpool, j’ai vraiment apprécié le travail de Benitez dans la mesure où je pense qu’il a trouvé une parfaite synthèse du football de Liverpool. Il a su garder intacte la passion, le supplément d’âme et le courage qui caractérise les Reds depuis 2005. Mais il a également su en faire une équipe très discplinée tactiquement. Même quand ils menaient 2-0 en 27 minutes, on sentaient les joueurs Reds vraiment soucieux de ne pas attaquer n’importe comment et de ne pas faire n’importe quoi du ballon et ça, c’est LA grosse preuve de la force de cette équipe. De plus, depuis l’arrivée de joueurs comme Arbeloa, Aurelio, Kuyt, Babel ou Torres, l’équipe a pris de la vitesse et peut jouer des coups très vite tout en pouvant garder la main sur le jeu grâce Gerrard, Alonso, Mascherano… Au final ça nous fait une équipe valeureuse, organisée et rapide mais éliminée après avoir marqué 5 buts en 2 matchs… Même si les gardiens ont fait un match pourri, qui a dit que les équipes anglaises ne méritaient leur statut de numéro 1 en Europe ?


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez de manière responsable