Les blessures les plus stupides du foot

Si les footballeurs sont généralement ravis d’être le centre d’intérêt principal de nombreux supporters, ils aimeraient parfois que certains de leurs faits et gestes passent inaperçus. C’est notamment le cas quand ils se rendent dans les draps de délicates filles de joie, telles Jennifer Thompson, ou la plus connue des blondes siliconées : Zahia. Mais il y a également d’autres situations dans lesquelles les footeux aimeraient se faire tout petits : quand ils ont l’air con. Et pour notre plus grand bonheur, cela arrive assez régulièrement. De là à dire qu’il existe une relation cause à effet…

Les professionnels du ballon rond sont en tout cas les maîtres incontestés en matière de blessures, ridicules ou stupides. Ce Top 10 de celles-ci démontre, si cela était nécessaire, que nos footballeurs ne sont pas des sportifs comme les autres.

10 – Letizi, le cruciverbiste

Nous sommes en décembre 2002. Le portier parisien se trouve en mise au Letizivert, avec ses coéquipiers en club. Il dispute alors une partie de Scrabble avec Jérôme Alonzo et Laurent Leroy. Au cours de celle-ci, une pièce tombe à terre, et Letizi se penche naturellement pour la ramasser. Mais au passage, il se bloque le dos.

Verdict : lombalgie, trois semaines d’indisponibilité. Il avait pourtant l’habitude d’aller chercher les ballons, dans ses filets.

9 – Escudé, le meilleur ami de l’homme

La scène se déroule un peu plus tôt dans la même année, en août Escudéprécisément. Julien Escudé se trouve alors au sommet de son art, au Stade Rennais. Il arrive même à faire croire à Sir Alex Ferguson qu’il est bon, et ce dernier cherche à le faire venir à Manchester. Mais c’était avant que le défenseur français ne promène son chien, et ne se fasse une entorse du genou, tombant lors de cette promenade.

Verdict : entorse du genou, un mois d’indisponibilité. A cause de cette blessure, Escudé ne signera jamais à United, sa carrière ne s’envolera jamais, et restera au niveau qui lui était promis : médiocre.

8 – Coupet aurait du acheter suédois

Cette fois, nous sommes en 2006. Mais surtout, date importantissime pour Lyon/Manchester United- 20.02.2008 - C1n’importe quel joueur lyonnais, à la veille du derby face à Saint-Etienne. La méthode de Grégory Coupet, pour évacuer la pression, c’est la relaxation par le bricolage. Dans son garage, le portier rhodanien construit ainsi une étagère. Mais c’est avant que celle-ci ne tombe sur sa main.

Verdict : sept points de suture, et évidemment, pas de derby OLASSE. Il fallait bien que ça arrive un jour, Grégory s’est coupé.

7 – Ronaldo, mauvais joueur

Nous sommes précisément le 20 février 2007, phase de finale aller des cristiano-ronaldohuitièmes de finale de la Champion’s League. Manchester United est alors opposé au petit poucet lillois. Sorti à 67e minute de jeu, alors que le score est encore de 0-0, Cristiano Ronaldo est très mécontent. Et il ne manque pas de le manifester publiquement, en tirant violemment dans une bouteille d’eau. Sauf que celle-ci est pleine, est que la star portugaise se fait très mal (on imagine l’intensité d’une telle douleur).

Verdict : poche de glace jusqu’à la fin du match, pas d’entraînement le lendemain. Le Portugais a toujours eu un goût et un talent très prononcé pour la comédie. Cette fois c’est à son détriment.

6 – Ferdinand l’oisif

Nous sommes en 2001. A peine trois mois plus tôt, l’international rio_ferdinandbritannique débarque à Manchester, pour 28 millions, en provenance de Leeds. Vu l’époque, et vu le poste auquel il évolue, la somme est astronomique. Rio sort peu, voit peu de monde, depuis qu’il a quitté le centre de l’Angleterre, et il passe donc beaucoup de temps devant sa télé. Un peu trop même. A tel point qu’une fois, après ne pas avoir bougé de son canapé durant plusieurs heures, il se lève pour attraper sa télécommande, et ressent une vive douleur derrière le genou.

Verdict : Distension du tendon, et deux semaines d’indisponibilité. Peut-être qu’à l’époque, Ferdinand était déjà trop vieux pour le foot.

5 – Le marin Civelli

En 2008, le défenseur argentin de l’OGC Nice, qui évolue alors à l’Olympique Civellide Marseille, décide de profiter du magnifique cadre qu’offre la Côte d’Azur pour partir à la pêche. Mais il parvient à faire tomber sa canne à la mer. Il se penche alors pour la récupérer, quand une vague l'emporte. Celle-ci le traînera et l’écrasera contre des rochers.

Verdict : douleurs dorsales, coupures, contusions. Le joueur racontera même avoir failli mourir. Civelli n’aurait pas du sécher les cours de natation, dans sa jeunesse.

4 – Marlet, l’homme qui ne voulait pas jouer

Nous sommes en 2004, à la veille de l’Euro, organisé par le Portugal. Steve MarletMarlet, qui n’avait jusque là jamais pris part à aucune grande compétition internationale, joue naïvement avec son accréditation. Sauf que l’attaquant parvient à se la mettre dans l’oeil.

Verdict : Cornée touché, pas un match d’Euro disputé. De toute façon, Steve Marlet sous le maillot Bleu, c’était déjà une blague.

3 – Canizares, plus adroit avec ses mains

Eté 2002, l’Espagne s’apprête à disputer la Coupe du Monde en Asie. On n’est alors FBL-SPAIN-VALENCIA-ATLETICO-MADRIDpas encore sous la suprématie Casillas, au poste de gardien, et Canizares est le portier titulaire. Mais les footballeurs ne sont à l’abri nulle part, et encore moins sous la douche. Santiago y fait tomber un parfum et plutôt que de le laisser tomber ou de tenter de l’attraper avec ses mains, il essaye d’amortir la chute avec son pied. Mauvaise idée.

Verdict : Tendon sectionné, il ne rejouera pas avant le début de la Liga 2002/2003. Canizares aura réussi à se faire connaître pour autre chose que sa couleur de cheveux.

2 – Docteur Vassel

Nous somme en 2003, et Darius Vassell joue pour les Villans. Comme Vasseltout bon footballeur, il lui arrive des ampoules. Si c’est loin d’être le métier le plus harassant du monde, les pieds sont tout de même sollicités un minimum. Sauf que l’attaquant anglais a une façon bien particulière de soigner une telle « blessure », qui n’en est même pas vraiment une, en fait. C’est tout juste légèrement dérangeant. Bref, il décide tout simplement de percer l’ampoule… à la perceuse.

Verdict : Infection, amputation de l’ongle de l’orteil, et plusieurs semaines d’indisponibilité. Heureusement que Vassell n’a jamais eu d’acné.

1 – Banega, pompiste en herbe

2012, le milieu argentin, comme n’importe qui, décide de mettre de l’essence Banegadans sa voiture. Sauf qu’Ever Banega n’est pas comme tout le monde. Il est un peu « tête en l’air ». Tout se passe normalement, il remplit tranquillement le réservoir de son véhicule, lorsque celui-ci avance, et lui roule sur le pied et la jambe. L’Argentin avait simplement oublié de mettre le frein à main.

Verdict : fracture du tibia-péroné, six mois d’indisponibilité. Banega, ou comment passer du statut d’illustre inconnu à celui de débile reconnu.

Il était hors catégorie : Philippe Mexès

C’est le plus récente (et de très loin la plus stupide) des blessures en date. Novembre 2013, le défenseur central français, en bel homme viril qui se respecte, décide d’aller faire une séance d’U.V. Il en a l’habitude, et reste un bon bout de temps dans la cabine. Sauf qu’il commence à réellement s’éterniser, et réussit la belle performance de se brûler les yeux.

Verdict : hospitalisation d’urgence, inflammation de l’oeil, une semaine d’indisponibilité. Durant l’intégralité de sa carrière, Philippe Mexès nous aura donc fait sourire.

Mexès


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez de manière responsable