L’équipe type des cartons rouge en Coupe du Monde

Contenu commercial | Nouveaux clients seulement | 18+

Les phases de groupe de la Coupe du Monde 2018 sont désormais terminées. Lors des trois premières journées qui ont eu lieu jusqu’ici, il y a eu au moins un carton rouge distribué.

Jérôme Boateng, Carlos Sanchez et Igor Smolnikov sont les cas les plus récents. Ils ne sont (certainement) ni les derniers, ni les premiers.

Afin de (re)voir quels joueurs ont connu le même sort et de remonter le temps à la recherche de la genèse des cartons, voici notre équipe type (et ses remplaçants) des joueurs expulsés lors d’une Coupe du Monde.

Gardien

Gianluca Pagliuca (1994)

Pour garder la cage, honneur au premier gardien à avoir été expulsé lors d’un mondial. Pour avoir fauché l’attaquant Jan Åge Fjørtoft hors de la surface, Gianluca Pagliuca est exclu dès la 21ème minute du match de poule contre la Norvège.

Malgré tout, l’Italie a poursuivi son parcours jusqu’à atteindre la finale. En dépit d’un poteau salvateur et d’une image devenu célèbre, la Squadra Azzura perd face au Brésil lors de la première finale jouée aux tirs aux buts.

Défenseurs

José Batista(1986)

Le défenseur uruguayen José Alberto Batista González est le joueur le plus rapide de l’équipe type. Il a été exclu au bout de 56 secondes lors du dernier match de poule du groupe E contre l’Ecosse. L’arbitre français Joël Quiniou n’avait pas hésité à sortir le carton rouge après ce tacle sur Gordon Strachan.

À noter qu’en face, le sélectionneur écossais était un certain Alex Ferguson.

Rigobert Song (1994 – 1998)

Il est le premier des deux joueurs de l’équipe à avoir reçu deux cartons rouges en Coupe du Monde. Le défenseur central camerounais a été expulsé contre le Brésil en 1994 puis contre le Chili en 1998.

Josip Šimunić (2006)

Le défenseur croate devrait être le seul joueur à jamais figurer dans cette catégorie, du moins il faut l’espérer. Lors du troisième match de poule contre l’Australie, Šimunić a reçu trois cartons jaunes. Les deux premiers lui ont été donnés à la 62ème et à 90ème minutes. Finalement, Mr. Graham Poll lui donne un troisième carton quelques minutes plus tard et finit par l’expulser.

Giovanni Van Bronchkorst (2006)

L’arrière gauche néerlandais est le dernier des quatre joueurs expulsés lors du huitième de finale Pays-Bas-Portugal. Deco et Costinha coté portugais, Boulahrouz et « Gio » côté néerlandais. Surnommé « la bataille de Nuremberg », ce match détient le record de cartons donné lors d’un match de Coupe du Monde. En plus de quatre rouges, seize jaunes ont été distribués par Valentin Ivanov.

Parmi ce florilège des cartons, il y a tout de même eu un but de Maniche qui a permis aux portugais de se qualifier.

Milieux de terrain

Plácido Galindo (1930)

C’est le doyen de cette équipe type, et pour cause, le milieu péruvien est le premier joueur à avoir été exclu en Coupe du Monde. Cependant, il n’a pas reçu de carton rouge car ils sont apparus plus tard, comme indiqué par la suite.

Carlos Sanchez (2018)

Carlos Sanchez est actuellement l’un des derniers joueurs à avoir été expulsé d’une rencontre en Coupe du Monde. Dès la troisième minute, le milieu défensif colombien a écopé d’un carton rouge direct pour une main dans la surface de réparation lors du premier match du tournoi contre le Japon. Un geste qui n’est pas sans rappeler celui de l’un des attaquants de cette équipe.

David Beckham (1998)

Le huitième de finale de la Coupe du Monde 98 est probablement l’un des plus mauvais souvenirs de David Beckham en sélection. Dans une confrontation contre un rival historique qu’est l’Argentine, Beckham chute suite à un contact avec Diego Simeone, qui n’hésite pas à le bousculer au passage. En se relevant, il lui donne un coup de pied derrière la cuisse qui fait s’écrouler « El Cholo ». La scène se déroule sous les yeux de l’arbitre qui donne un carton jaune à Simeone et un rouge à Beckham.

L’Angleterre est éliminée 4-3 aux tirs aux buts. Lors de la saison suivante, Beckham a été conspué sur de nombreux terrains en Angleterre. Cela ne l’a pas empêché de réaliser une grande saison avec Manchester United, qui est devenu le premier club à remporter à la fois le championnat, la coupe d’Angleterre et la Ligue des champions. « Becks » finit deuxième sur le podium du Ballon d’Or derrière Rivaldo et devant Andriy Chevtchenko.

Zinédine Zidane (capitaine, 1998 et 2006)

C’est certainement le carton rouge le plus célèbre des récentes Coupes du Monde, au point de faire oublier le premier qu’il avait reçu contre l’Arabie Saoudite en 1998. Huit ans plus tard, le 9 juillet 2006, le coup de tête asséné dans la poitrine de Marco Materazzi a signé le clap de fin de Zinédine Zidane en tant que joueur. Pour couronner le tout, la France s’incline aux tirs au but contre l’Italie, et Zizou voit un deuxième sacre en Coupe du Monde lui échapper.

Attaquants

Francesco Totti (2002)

Cette expulsion est l’un des symboles d’une rencontre et d’une Coupe du Monde controversée. Lors des prolongations du huitième de finale entre la Squadra Azzura et la Corée du Sud, Francesco Totti est accroché et tombe dans la surface de réparation. Alors qu’il était assez loin de l’action, Byron Moreno, l’arbitre de la rencontre donne un deuxième carton jaune à Totti, au grand dam des italiens.

Par la suite, Byron Moreno a été largement accusé d’avoir favorisé le co-organisateur du Mondial 2002. Les nombreuses controverses dont il a été l’objet l’ont poussé à démissionner un an plus tard.

Lorsqu’en 2010, il a été arrêté pour possession de six kilos d’héroïne, Buffon n’a pas manqué de tacler l’arbitre équatorien.

Six kilos de drogues ? Je crois que Moreno les avait déjà en 2002, pas dans son caleçon mais dans son corps.

Luis Suarez (2010)

Lors du quart de finale contre le Ghana, El Pistolero a dégainé plus vite que son ombre. Il ne s’agissait ni d’une frappe, ni d’un pistolet mais de ses mains. Lorsqu’à la 120ème minute, Dominic Adiyiah a placé une tête rageuse pour arracher la victoire, Luis Suarez, qui était collé à la ligne blanche tout au long du corner, renvoie le ballon d’un smash digne d’un volleyeur.

Il ne le savait pas encore, mais son geste allait permettre de qualifier son pays. Le pénalty d’Asamoah Gyan s’est écrasé sur la barre, et l’Uruguay s’est imposé aux tirs aux but.

Comme Zidane et Song, Suarez aurait pu obtenir un deuxième carton rouge après sa morsure contre Giorgio Chiellini en 2014. À défaut, il n’a pas rejoué lors de ce Mondial car il a été suspendu pendant neuf matchs et quatre mois avec le FC Barcelone, son nouveau club.

Remplacaçants

Harald Schumacher (1982)

Il n’a pas été exclu lors du quart de finale contre la France, mais le portier allemand mériterait amplement une place de titulaire (voire de capitaine) dans cette équipe type suite à sa sortie sur Patrick Battiston à la 58ème minute.

Alors qu’il était entré huit minutes plus tôt, le défenseur français a été contraint d’être évacué sur civière. Pour l’arbitre, il n’y a ni faute, ni carton. Pour Schumacher, il n’y a ni regard ni regret envers Battiston. À la fin du match, Schumacher a simplement a proposé à sa victime « de lui payer les frais dentaires », le défenseur français ayant perdu trois dents.

Il a fallu plusieurs années pour que le gardien admette qu’il aurait dû aller s’enquérir de l’état de santé de Battiston.

Igor Smolnikov (2018)

Le défenseur russe est le dernier joueur en date à avoir été expulsé, lors du troisième match de poule Russie-Uruguay. Malgré la défaite du pays hôte, les deux équipes se sont tout de même qualifiées pour les huitièmes de finale.

Giorgio Ferrini (1962)

Avant la bataille de Nuremberg, il y avait eu celle de Santiago. Plus agressive et violente encore. Dans cet affrontement, Giorgio Ferrini y avait fait de la résistance.

Lorsqu’il est exclu à la huitième minute du match Chili – Italie, il faut l’intervention de la police pour que le milieu de terrain italien ne daigne sortir de l’Estadio Naciónal.

Sa sortie n’a pas calmé les ardeurs des joueurs, qui ont continué à s’échanger des coups tout au long du match.

Sur ces terres, le Chili a remporté la bataille 2-0 et a obtenu la troisième place. La guerre a été remportée par le Brésil pour la deuxième fois de son histoire.

Cette rencontre et cette septième édition de la Coupe du Monde font partie des plus brutales de l’histoire, et ont indirectement fait germer l’idée de la création des cartons.

Antonio Rattín (1966)

Cette exclusion lors du match Angleterre-Argentine est la graine qui a définitivement poussé à la création du carton, comme évoqué précédemment.

À la 35ème minute du match, Antonio Rattín, le capitaine de l’Argentine, ne comprend pas pourquoi il vient de recevoir un avertissement. Alors qu’il tente tant bien que mal de se faire comprendre (il ne parle ni anglais ni allemand), l’arbitre lui indique la sortie. Le joueur et l’Albiceleste contestent la décision, au point que Rattín met huit minutes à sortir du terrain.

Ken Atson, qui était l’arbitre de la « bataille de Santiago », assistait au match et a déploré les confusions crées par les exclusions. Après la Coupe du Monde, il trouve la fameuse idée en voyant un feu orange passer au rouge.

Quatre ans plus tard, le premier carton jaune de l’histoire est adressé à Kakhi Asatiani. Le rouge viendra un peu plus tard dans l’histoire et dans cet article

Wayne Rooney (2006)

C’est un fait de jeu qui aurait pu briser une amitié. Lors du quart de finale entre le Portugal et l’Angleterre, Wayne Rooney écrase les parties intimes de Ricardo Carvalho.

Dans la foulée, Cristiano Ronaldo accourt pour demander une sanction à Horacio Elizondo, ce qui a le don d’agacer Wayne Rooney, qui pousse son coéquipier en club.

Quelques secondes plus tard, l’homme en noir exclut un Wayne Rooney passablement énervé. À dix contre onze, l’Angleterre se fait finalement éliminer.

La saison suivante, Rooney et Ronaldo ont enterré la hache de guerre. Ensemble, ils gagnent trois championnats et une Ligue des Champions jusqu’au départ de CR7 en 2009.

Carlos Caszely (1974)

Berlin, le 14 juin 1974. Le premier carton rouge de l’histoire de la Coupe du Monde est officiellement donné. À la 67ème minute du match Allemagne-Chili, l’attaquant chilien Carlos Caszely voit rouge et tacle Berti Vogts.

Doğan Babacan tend finalement le fameux carton, rouge comme le maillot de Caszely. Introduit lors de la Coupe du Monde précédente, il n’avait jamais été utilisé jusqu’ici.

Quarante-quatre ans plus tard, les cartons rouges font toujours carton plein.


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Tombé dans la grande marmite du football en 2006, je souhaite partager ma passion magique pour le ballon rond à travers mes écrits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez responsablePlay safe