FR

Les excuses de Samuel Eto’o après les agressions sur les journalistes algériens

par

attaque couteau CAN excuses etooAu lendemain des agressions subies par les journalistes algériens à Douala, le président de la fédération camerounaise, Samuel Eto’o, a présenté ses excuses auprès de la télévision algérienne. Une prise de parole légitime au vu de la gravité des actes.

Dimanche soir, 3 journalistes algériens étaient agressés à l’arme blanche dans les rues de Douala. Une agression qui faisait grand bruit au Cameroun et qui interrogeait sur la sécurité du pays.

« Dites à nos frères que tout sera mis en œuvre afin que leur séjour se passe de la meilleure des manières chez eux au Cameroun. (…) Nos chers frères journalistes, je tiens à vous présenter nos sincères excuses parce que certains de nos frères ont été agressés à Douala, a déclaré l’ancien attaquant des Lions Indomptables. Je vous demande humblement de dire à ces frères que nous demandons pardon. Ce n’est pas l’hospitalité camerounaise. Je vous prie de leur demander pardon et de leur dire qu’ils sont chez eux. Nous allons saisir notre ministre et toutes nos autorités pour leur dire que nos frères sont dans notre pays et ils doivent se sentir en sécurité comme s’ils étaient à Alger (…). Que Dieu vous bénisse et que votre séjour se passe de la meilleure des manières chez vous au Cameroun. »

En Algérie, les médias ont de suite réagi à cette affaire qui choquait profondément l’opinion publique. Mais qu’ils se rassurent, la sélection algérienne devrait redonner le moral en entrant en lice contre la Sierra Leone ce mardi à 14h, match dans lequel elle est favorite.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.