US

Les décisions la CAF après les derniers incidents survenus à la CAN 2022

par

Les news de la can 2022Ce dimanche matin, le jury disciplinaire de la CAF s’est réuni pour discuter des sanctions qui devraient découler au vu des multiples incidents survenus lors de la première semaine de cette Coupe d’Afrique des Nations. Découvrez les décisions prises par la CAF !

Gabon – Ghana : les sanctions

Le 13 janvier dernier, alors que le coup de sifflet finale était donné au stade Ahmadou Ahidjo, les Ghanéens tenus en échec, ne faisaient pas vraiment preuve de fair-play. Les arbitres de la rencontre ont d’ailleurs reporté et affirmé que l’international Ghanéen Benjamin Tetteh aurait bien agressé un joueur du Gabon. Par conséquent, en plus de la suspension automatique dont il avait écopé après le carton rouge de l’arbitre du match, le joueur des Black Stars sera suspendu un match supplémentaire. Et si le joueur a été sanctionné, la CAF a également tenu à donner un avertissement aux deux équipes pour un comportement jugé « antisportif ».

El-Bilal Touré officiellement sanctionné

À la fin de l’inoubliable Tunisie – Mali, l’arbitre de la rencontre sanctionnait El Bilal Touré d’un carton rouge. Si la fédération malienne faisait appel de cette décision, la CAF a tranché, le joueur du Stade de Reims sera bien suspendu pour deux rencontres.

Le Gabon devra payer

Finalement, le 6 janvier dernier, la fédération gabonaise changeait d’hôtel sans avoir obtenu une décision favorable de l’institution du football africain. Reconnu coupable, le Gabon écope donc d’une amende 20 000 dollars pour non-respect de cette décision.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.