« Jouer comporte des risques : endettement, dépendance... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé). »

Officiel : la sanction est tombée pour le chef des ultras du Hellas Vérone dans l’affaire Balotelli

Enfin une sanction exemplaire prise par un club italien !

Officiel : la sanction est tombée pour le chef des ultras du Hellas Vérone dans l’affaire Balotelli

Cet événement risque de faire date dans le football italien ! Après la nouvelle affaire de racisme, impliquant les ultras du Héllas Vérone, qui s’est déroulée ce week-end, le club de Série A a décidé de sévir.

Pour rappel, alors que Brescia se déplaçait sur la pelouse du Héllas dimanche dernier, un groupe de supporters du club local a pris à parti Mario Balotelli en adressant des cris de singes à l’encontre de l’attaquant de 29 ans.

Excédé par ce nouvel acte raciste dont il a été victime, Super Mario a envoyé de colère le ballon en tribune en tentant de viser ses bourreaux.

Lucas Castellini prend cher après son discours ahurissant !

Après la rencontre, de nombreux joueurs et personnalités du foot ont montré leur soutien à Balotelli mais c’est le discours du chef des ultras de Vérone, un certain Lucas Castellini, qui a fait le plus parler en créant une énorme polémique.

« Balotelli est italien parce qu’il a la citoyenneté italienne, mais il ne pourra jamais être complètement Italien… Ces cris, il les a entendu dans sa tête. Balotelli est un joueur fini qui a décidé hier de faire le clown et de lancer le ballon dans les tribunes. L’année prochaine, Balotelli ne jouera plus au football, il passera à la télévision pour devenir la première dame. Dès qu’il est passé devant le virage de Vérone, il a décidé de lancer le ballon. Ce ne sont que quelques personnes, dix ou sept. Nous avons une culture identitaire d’un certain type. Nous sommes partisans de provocations qui prennent le joueur visé par les couilles, celui qui a les cheveux longs, celui qui est chauve, le joueur du Sud, le joueur de couleur, mais on ne le fait pas avec un instinct politique ou raciste. C’est du folklore, ça s’arrête là » avait lancé le leader des fans les plus chauds du club basé au nord de la botte italienne.

Ce mardi, les dirigeants de l’Héllas Vérone ont pris leurs responsabilités en infligeant une sanction de 11 ans d’interdiction de stade à l’encontre de Lucas Castellini.

« Il s’agissait d’un comportement fondé sur des considérations et des expressions gravement contraires à celles qui distinguent les principes éthiques et les valeurs du club » a notamment écrit le club transalpin via un communiqué.

Une sanction qui risque de faire beaucoup de bruit et surtout de faire bouger les choses de l’autre côté des Alpes, dans un football qui est gangrené depuis trop longtemps par le racisme.

par :

Cette news Hellas Vérone t'a plu ?
Abonne-toi à notre newsletter