US

Que va devenir Samir Nasri ?

par

Il y a 10 ans, Samir Nasri était pressenti pour devenir l’un des meilleurs joueurs du Monde. Aujourd’hui, il galère à trouver un club pour se relancer. Que va-t-il faire en 2017/2018 ?

City n’en veut plus

Prêté au FC Seville durant la saison dernière, Samir Nasri est revenu dans le club auquel il appartient depuis 2011, Manchester City.

Problème : il semblerait que le joueur ait un comportement qui ne plaise pas au reste de l’effectif des Skyblues. Du coup, il est devenu indésirable à Manchester.

Une large partie du vestiaire trouverait l’international français « arrogant », ils auraient donc décidé de le snober. Triste fin d’histoire pour Nasri à Manchester City.

Son prix revu à la baisse

Les dirigeants de City ne voulaient pas pour autant brader le joueur français à qui il reste du talent. Jusqu’à ces dernières heures, le club demandait 23 millions d’euros.

Mais devant le peu d’intérêt que suscite le milieu offensif, son prix de vente a été baissé à 11 millions d’euros. De quoi titiller certaines équipes qui se sont penchées sur son cas.

Auteur de bonnes performances à son arrivée à Manchester, Nasri est maintenant complètement dépassé par De Bruyne, David Silva, Sané et voit en plus Bernardo Silva être ajouté à l’effectif.

Quelle porte de sortie ?

Pas totalement mauvais au FC Seville la saison dernière, Samir Nasri a encore une certaine cote malgré ses soucis de comportement au sein du vestiaire à Manchester City.

Le Français pourrait découvrir un nouveau championnat. L’AS Rome, qui a recruté le directeur sportif de Seville, aurait envie de donner sa chance à l’ancien marseillais.

Sinon c’est peut-être en Turquie que l’avenir du milieu offensif s’écrira. Fenerbahçe pourrait être tenté de faire une offre après la baisse de prix du joueur.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.