US

Serge Aurier doit-il quitter le PSG ?

par

Le latéral droit ivoirien du Paris Saint-Germain n’a pas souhaité prolonger avec son club. Cet été, il pourrait même faire ses valoches. Une bonne idée ?

Refus de prolonger

Sous contrat jusqu’en 2019 le défenseur du PSG s’est vu proposer un nouveau contrat par la direction du club champion en titre.

Nasser Al-Khelaïfi lui offre trois années supplémentaires et une revalorisation salariale. Mais Serge a préféré décliner la proposition du club.

Le joueur n’est pas parti pour autant. C’est ce qu’il a expliqué dans un entretien pour Stade 2 :

Je suis encore là. Pour l’instant, je suis Parisien, j’ai un contrat jusqu’en 2019. Je suis là et on verra bien.

Une saison pas top

Serge Aurier est passé deuxième dans la hiérarchie des latéraux dans l’esprit d’Unai Emery. C’est Thomas Meunier, plus régulier qui lui a piqué sa place.

Une situation compliquée pour l’Ivoirien qui a eu l’habitude d’être titulaire depuis ses débuts au RC Lens puis lors de son passage à Toulouse et avant l’arrivée de Meunier à Paris.

Lors des rencontres disputées par le champion d’Afrique, on l’a vu moins bon défensivement que son concurrent même s’il amène de la vitesse devant.

Partir où ?

La question d’une non-prolongation de Serge Aurier concerne aussi le club. Paris va vouloir récupérer de l’argent grâce au transfert du latéral droit. D’où une possible transaction cet été.

Philip Lahm va tirer sa révérence à la fin de la saison, le Bayern Munich va donc chercher un arrière-droit pour le remplacer. Mais les déboires extra-sportifs du joueur pourraient repousser le club allemand.

Aurier semble avoir les qualités physiques pour s’imposer dans un grand club en Angleterre. En cas de départ de Bellerin, Arsenal pourrait se pencher sur son cas. A moins qu’il y ait d’autres offres ?

Retrouvez toute l'actu mercato de Paris Saint-Germain / PSG

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.