Real Madrid : les chantiers de Zidane

Contenu commercial | 18+

L’entraîneur du Madrid va avoir du pain sur la planche.

Ca y est, le deuxième mandat de Zinédine Zidane a débuté hier. Il va diriger sa première séance d’entraînement aujourd’hui et son premier match samedi au Bernabeu face au Celta Vigo.

Evidemment, il n’y a plus grand chose à jouer, mais la fin de saison devra être bien gérée pour permettre de préparer au mieux la suivante.

Pour ce faire, voici huit chantiers auxquels le nouvel entraîneur du Real Madrid va devoir face.

Assurer la qualification en Champions League

Avec six points d’avance sur Getafe (4ème, 45 points) et dix sur Alavés (5ème, 41 points), cette mission sera assurément la moins difficile.

Forcément, l’objectif peut être revu à la hausse. Dépasser l’Atlético Madrid (cinq points de plus) enverrait un signal fort et redonnerait du prestige et l’orgueil du groupe.

Redonner confiance aux cadres

Il est possible que Zidane ne reconnaisse pas certains joueurs qu’il avait quitté quelques mois plus tôt. Certains d’entre eux n’ont plus le même rendement qu’auparavant, à l’instar du milieu de terrain Casemiro-Kroos-Modric.

Lors de son premier mandat, sa gestion du vestiaire avait été l’une de ses forces. Il doit désormais le prouver encore une fois.

Gérer Gareth Bale…

Parmi ces cadres, celui qui est le plus en difficulté est assurément Gareth Bale. Performances en dents-de-scie, rupture avec ses coéquipiers, sifflets du public, etc. Le Gallois vit une saison difficile.

Néanmoins, il n’est pas sûr que Zizou puisse réussir à le relancer, d’une part parce que le numéro 11 n’était pas indiscutable lorsque Zidane était sur le banc, mais également parce que de l’aveu même de Bale, leurs relations étaient fraîches et n’avaient pas évolué même après le départ de Zidane. En sera-t-il de même sur cette fin de saison ?

… et Marcelo

Si Santiago Solari n’a pas pu assez marqué son passage de son empreinte, il a tout de même fait émerger le duo Vinicius Junior – Sergio Reguilon, qui a été l’un des points fort du Real sur les dernières semaines.

Malheureusement pour lui, Zidane ne devrait pas avoir l’occasion de faire jouer l’ailier brésilien, puisqu’il s’est blessé et devrait manquer jusqu’à deux mois de compétition.

Reste le cas Reguilon. L’arrière gauche espagnol a été indéboulonnable sous l’ère Solari, au point de pousser Marcelo sur le banc.

Si l’on ne doute pas de l’intransigeance de Zidane concernant le mérite, on peut imaginer qu’il va essayer de redonner sa chance à Marcelo, qui a toujours répondu présent auparavant.

Alors que le Brésilien est annoncé proche de la Juventus, son avenir pourrait être relancé selon la tournure que prend sa fin de saison.

Keylor Navas ou Thibaut Courtois ?

Arrivé au club en août, le gardien belge est l’un des rares joueurs qui n’a pas connu Zidane en tant qu’entraîneur.

Et pour cause, Zidane a toujours gardé une confiance indéfectible en Keylor Navas, refusant toujours de lui soumettre une grosse concurrence. Et le gardien costaricien le lui a bien rendu avec de solides performances.

La donne a changé désormais. Et avec la seule Liga comme compétition, le turn-over peut sembler compliqué à instaurer. Il faudra donc trancher dans le vif.

Relancer Isco

Le retour de Zinédine Zidane a sûrement du lui faire plaisir. Placardisé avec Lopetegui comme avec Solari, Isco se morfond sur le banc du Real, et parfois même en tribunes.

L’international espagnol a le mérite de ne pas faire trop de vagues quant à cette situation, même s’il s’était exprimé sur Twitter le 7 février dernier et déplorait ne pas avoir « les mêmes opportunités que d’autres. »

Il pourrait désormais les avoir avec le retour du Maëstro.

Faire disparaître l’ombre de Cristiano Ronaldo

Contrairement à lui, il paraît impossible aujourd’hui de voir Cristiano Ronaldo revenir à Madrid, alors que le Portugais prépare un autre come-back face à l’Atlético.

À défaut, il faudra donc que la présence de CR7 devienne un lointain souvenir.

Certains de ses anciens coéquipiers l’ont souvent dit : il est difficile de remplacer un joueur qui marque 50 buts chaque saison.

Lorsqu’il avait quitté Manchester United en 2009, cela avait déjà été le cas, même si son impact offensif était moindre.

Pour y remédier, Six Alex Ferguson n’avait pas cherché un remplaçant mais plusieurs, pour aider United a rester compétitif, ce qui avait été le cas grâce à des joueurs qui avaient pris davantage de responsabilités (Rooney, Berbatov, Nani), puis grâce, plus tard, à l’arrivée de Robin Van Persie.

Faire les bons choix l’été prochain

Le mercato estival sera un élément crucial dans la réussite du Real Madrid pour la saison prochaine.

Le Barça a déjà frappé fort avec l’arrivée de Frenkie de Jong. Il faudra faire aussi bien, voire mieux, d’autant plus que la Liga sera l’objectif phare du Real l’année prochaine.

Quoi qu’il en soit, il est certain que le pouvoir décisionnel sur le mercato assorti d’une enveloppe conséquente ont été l’une des conditions du retour de Zidane au club. Reste à savoir ce qu’il en fera.


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Tombé dans la grande marmite du football en 2006, je souhaite partager ma passion magique pour le ballon rond à travers mes écrits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez responsablePlay safe