Que deviens-tu Lionel Charbonnier ?

Lionel Charbonnier vient de souffler ses 49 bougies. Champion du monde en 98, il est rapidement retombé dans l’anonymat le plus total. Est-il retenu prisonnier au fond d’une geôle mexicaine, ou coule t-il des jours paisibles dans son pavillon de province ? Nous mettons fin au suspense.

Des débuts d’entraîneur remarqués (ou pas)

Comme beaucoup de joueurs qui n’arrivent pas à raccrocher les crampons, Charbonnier a passé ses diplômes d’entraîneur. Il obtiendra le DEPF (diplôme d’entraîneur professionnel) la même année que Laurent Blanc. La comparaison s’arrête là.

Sa première expérience se fait au célèbre Stade Poitevin. Au sein d’un club en dépôt de bilan, l’aventure ne dure que deux saisons. Puis, en 2005, l’ancien gardien auxerrois s’engage avec le FC Sens. Là aussi l’expérience tourne court. Comme la métropole ne reconnait apparemment pas son génie, il décide de tenter un défi plus exotique à Tahiti.

L’expatriation

Il prend en 2007 la tête de la sélection nationale de Tahiti. Contre toute attente, il parvient à qualifier une équipe tahitienne pour une compétition internationale (Coupe du Monde des U20).

charbonnier tahiti

 

Après avoir atteint les objectifs fixés en Polynésie, il enchaîne avec plus ou moins de succès des missions en Indonésie (Aceh United), en Belgique (FC Bleid) puis en France (FC Istres – Nationale).

La gloire

Sa dernière performance en date : une pige réussie en République Démocratique du Congo où il entraîne le club populaire du SM Sanga Balende. 5 matchs, 5 victoires : même le PSG et le Barça ne peuvent pas en dire autant.

charbonnier congo

Joyeux anniversaire Lionel ! A quand un retour à l’AJA ?

 


Cette news AJ Auxerre t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez responsablePlay safe