FR

PSG : Angel Di Maria doit-il partir ?

par

Il semblerait que le mercato estival du Paris Saint-Germain risque d’être agité. La rumeur d’un départ d’Angel Di Maria prend de l’ampleur, est-ce vraiment une mauvaise chose qu’il s’en aille ?

Une saison en demi-teinte

On attendait plus du joueur argentin cette saison après un exercice 2015/2016 prometteur. Mais l’ancien du Real Madrid n’a pas confirmé les attentes placées en lui.

Auteur de 6 buts et 7 passes décisives en 29 rencontres de Ligue 1, il ne présente pas un bilan exceptionnel pour celui qui devait être le maître à jouer de l’équipe.

Au final, c’est même un sentiment de saison quasiment ratée qui en ressort où seule l’arrivée de Julian Draxler l’a réveillé durant quelques semaines avant qu’il se rendorme.

50 millions quand même

Recruté pour 63 millions d’euros il y a deux ans par le Paris Saint-Germain, le club parisien pourrait faire une moins-value assez mesurée.

L’Inter Milan serait prêt à lâcher plus de 50 millions d’euros pour attirer le joueur argentin au club ou à inclure dans la transaction un joueur désiré par le Paris Saint-Germain.

Cet argent, le club pourrait l’utiliser pour trouver une vraie doublure à Edinson Cavani ou pour aller chercher un gardien de classe internationale. Ca vaut le coup non ?

D’autres clubs intéressés

En plus de sa saison un peu ratée, Angel Di Maria semble avoir quelques problèmes avec la justice française. De quoi le persuader d’aller voir ailleurs ?

Les autres clubs l’ont bien compris c’est le bon moment pour tenter de le faire venir. Lionel Messi milite pour l’arrivée de son compatriote au FC Barcelone.

En Italie, la Juventus Turin s’est également montrée intéressée par le joueur. Mario Mandzukic est obligé de jouer sur le côté, il pourrait être remplacé par un spécialiste du poste.

Retrouvez toute l'actu mercato de Paris Saint-Germain / PSG

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.