US

OM : André Villas-Boas défend Amavi

par

L’entraîneur marseillais n’a pas apprécié l’attitude de ses supporters.

OM : André Villas-Boas défend Amavi

Comme souvent depuis qu’il porte la tunique de l’Olympique de Marseille, Jordan Amavi a connu une soirée difficile.

Titularisé une nouvelle fois dans le couloir gauche de la défense marseillais face à Rennes (1-1), le latéral français a été copieusement sifflé lors de la présentation des joueurs avant la rencontre.

Sorti à la mi-temps par André Villas-Boas, le joueur de 25 ans a subi une bronca du Vélodrome qu’il n’est pas prêt d’oublier.

Interrogé en conférence de presse, le coach portugais était agacé par la réaction du public olympien et l’a fait savoir.

« Je n’ai pas apprécié les sifflets contre Amavi, je ne comprends pas, c’est intolérable, tu tues ton joueur. Je comprends qu’on siffle le collectif, mais pas l’individu. Pour moi c’est incroyable, avec notre effectif trop court, avec quatre titulaires absents… C’est de la persécution ! Il faut avoir le respect d’un joueur qui mouille le maillot. Quand il volait et arrivait en finale de Ligue Europa, on n’avait pas cette discussion ! » a lancé le technicien phocéen devant les médias.

Une déclaration qui risque de réchauffer le cœur de l’ancien niçois tout comme celle de son coéquipier et capitaine Steve Mandanda à la fin du match.

« Ce n’est pas simple de vivre ça… J’en profite pour passer un message aux supporters : y a qu’avec eux qu’on fera de belles performances ! » a confié l’international tricolore.

L’OM fait front pour défendre l’un des siens et cette cohésion pourrait servir positivement tout au long de la saison.

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique de Marseille / OM

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.