US

OL : la colère de Memphis Depay

par

Le capitaine de l’Olympique Lyonnais était remonté hier soir.

OL : la colère de Memphis Depay

C’est une interview qui devrait passer à la postérité, autant que la fin de match du 10 décembre 2019 pour l’Olympique Lyonnais.

Après un match nul synonyme de qualification obtenue dans la douleur face au RB Leipzig, les scènes de joie n’ont pas duré longtemps du côté de l’Olympique Lyonnais.

Des tensions ont éclatées entre les joueurs et certains supporters. L’un d’entre eux a affiché une banderole hostile envers Marcelo, ce qui a eu le don de mettre hors de lui Memphis Depay. Le capitaine s’est précipité vers le fauteur de troubles, déclenchant un début de conflit avec les Bad Gones.

Interrogé à la fin de la rencontre par Mohamed Bouhafsi pour RMC Sport, l’international néerlandais s’est livré avec émotion et franchise sur l’incident. Morceaux choisis.

« C’est difficile de jouer alors que l’un de nos joueurs a des problèmes avec certains supporters. Il faudrait quoi ? Qu’on aille les remercier alors qu’ils disent des choses folles sur nos familles, nos enfants ? (…) « Qui a le temps d’aller peindre un âne sur un drapeau ? Si tu as le temps pour ça, pose-toi des questions. Si tu viens au stade, il faut nous supporter. Là, ils nous ont craché dessus ! Je n’ai jamais vu ça ! »

Félicité pour cette prise de parole par Jean-Michel Aulas et Rudi Garcia, celui qui a récemment été promu capitaine par ce dernier a finalement autant cristallisé l’attention que Marcelo. Un épisode qui a eu le mauvais mérite de ternir la qualification en huitièmes de finale, ainsi que l’image du club.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.