US

Nantes : Kita allume Dubois !

par

C’est un transfert qui n’a pas fini de faire parler au FC Nantes. Alors qu’il a refusé une prolongation dans son club cet hiver pour d’ors et déjà signer avec l’Olympique Lyonnais en vue de les rejoindre l’été prochain, Léo Dubois alimente la polémique ces derniers jours.

Le capitaine nantais, auteur d’une prestation en demi-teinte face à son futur club, est accusé par certains de ses dirigeants d’avoir « triché », laissant des largesses à ses futurs coéquipiers en défense. Et en première ligne, son président, Waldemar Kita, n’hésite pas à l’incendier dans un entretien accordé à l’Equipe :

A mes yeux, il s’est caché, il n’a même pas fait son devoir professionnel, il n’a pas joué le jeu et il est le premier responsable. Il aurait dû lui dire: « Ecoutez je pense qu’il ne vaut mieux pas que je joue ». Mais bon, c’est un gamin, il n’a pas de bons conseillers autour de lui (…) Il pense qu’il a fait un bon match alors que, sur le premier but, il tourne le dos sur la frappe, il n’a pas fait un seul centre, un seul débordement comme il en a l’habitude, il a laissé faire les choses (…) C’est pourtant un gamin que j’ai toujours défendu, mais on paie toujours cash. Donc, Ranieri n’y est pour rien, il lui a posé la question : « Te sens-tu capable? ». Il a répondu oui, mais il a triché, il n’en a rien à faire de personne et au contraire, s’il peut nous emmerder, il nous emmerdera.

Une attaque au vitriol à laquelle l’intéressé n’a pas réagi, lui qui était l’invité de Breaking Foot sur SFR Sport lundi. Le joueur a juste précisé qu’il était heureux de rejoindre un « super club ». Léo Dubois a disputé 32 rencontres cette saison avec le FCN, pour 3 buts et 5 passes décisives.

Retrouvez toute l'actu mercato de FC Nantes

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.