Meunier : « Verratti n’avait pas perdu un ballon depuis 2004 »

La Remontada du Barça a évidemment laissé des traces chez les parisiens. Si certains se réfugient dans le silence, d’autres préfèrent vider leur sac. 

C’est le cas de Thomas Meunier, dans un entretien dont nous vous avions déjà dévoilé un extrait hier. 

Sur le match aller

Meunier se souvient d’un match enthousiasmant, parlant même de l’inconscience des joueurs. Ce qui a provoqué la victoire (4/0) selon lui.

Je me souviens des cinq premières minutes du match où je n’ai pas touché le ballon, je n’ai fait que courir, tout se passait au milieu ou à gauche et on n’a pas perdu une fois la balle. Et là, tu te dis que tout le monde est dedans et tu sais que ça va bien se passer. Il y avait une parfaite symbiose, tout le monde jouait au même rythme, on mettait une pression très haute

Le match aller, on l’a joué avec une insouciance immense et plusieurs jeunes sur le terrain. Rien n’était contrôlé, tout semblait naturel, il y avait une forme d’inconscience dans notre jeu.

Sur le match retour

Evidemment, c’est tout le contraire qui ressort, bien qu’avec humour. Il apparaît que c’est la baisse de régime des leaders techniques qui a rejailli sur toute l’équipe. 

Au match retour, le conscient a repris le dessus et ça nous a tétanisés. Mais malgré le fait qu’on a fait un match de merde, on aurait pu se qualifier. On a eu des un contre un pour tuer le match, tout en étant médiocres. Et même si le Barça était plus fort, il y a quelques faits de match discutables. C’était visible dès le départ que ça allait être difficile. Il y a des signes qui ne trompent pas. Quand Marco [Verratti] perd ses deux premiers ballons, alors qu’il n’en avait plus perdu depuis 2004, tu sais que ça ne va pas aller. Adrien [Rabiot] aussi, il a toujours une aisance ballon au pied, une prestance. Et là, tu vois ses contrôles partir à trois mètres, tu te dis : oh putain…

Sur les attentes du PSG

Meunier réclame un peu de patience aux observateurs et supporters. Une Ligue des Champions ne se gagne pas en quelques années, il faut du temps.

Ça ne fait que quatre ans que Paris enchaîne les Ligues des Champions. Et pourtant, on a l’impression que le public se fout du championnat, qu’il n’y a que la Ligue des champions qui compte. Mais ça ne marche pas comme ça. On a trop d’attentes pour un club qui a encore besoin de temps pour être une valeur sûre. »


Cette news Paris Saint-Germain / PSG t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez de manière responsable