US

Martial fait gagner 10 millions d’euros à Monaco

par

La blessure de Zlatan Ibrahimovic a déjà profité à un homme : Anthony Martial. Aligné face à Burnley ce week-end il a saisi sa chance et marqué. Un but qui arrange aussi l’AS Monaco.

Une clause levée

En permettant à son équipe de mener sur la pelouse de Burnley, Anthony Martial a claqué son 4ème but de la saison en Premier League.

Celui-ci permet à Monaco d’empocher 10 millions d’euros. Une clause dans le transfert du joueur indiquait que cette somme serait versée lors du 25ème but de Martial avec United.

C’est donc chose faite. Et cela a permis aussi à Manchester d’être bien lancé dans sa 34ème journée de Premier League finalement remportée 2-0.

Deux autres attendent

L’AS Monaco n’a pas encore obtenu la totalité du transfert de 80 millions d’euros dont tout le monde parlait à l’été 2015.

Deux clauses n’ont pas été levée. Pour cela Martial doit être sélectionné encore 30 fois en équipe de France (et y jouer au moins 45 minutes à chaque fois) et faire partie des 3 finalistes du Ballon d’Or.

Deux clauses qui semblent peu probables aujourd’hui alors que le joueur a du mal à confirmer les attentes énormes placées en lui il y a un peu plus d’un an.

Une saison en demi-teinte

Barré par la concurrence, Anthony Martial n’a pas eu le temps de jeu qu’il espérait cette saison. L’arrivée d’Ibrahimovic a poussé le Français sur le banc de ManU.

Son bilan ne reflète pas son talent : 8 buts et 7 passes décisives sur les 34 rencontres toutes compétitions confondues disputées.

Aussi, Martial a perdu sa place au sein du groupe France. Didier Deschamps l’a appelé pour la dernière fois au mois d’octobre et lui préfère maintenant des joueurs comme Mbappé ou Dembélé.

Retrouvez toute l'actu mercato de ASM - Monaco

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.