US

Marega victime de racisme au Portugal

par

Excédé par les cris de singe venant des tribunes du Vitoria Guimarães, l’attaquant du FC. Porto a quitté le terrain en plein match.

Marega victime de racisme au Portugal

La scène qui s’est déroulée hier au Portugal semble surréaliste. Un énième incident raciste a eu lieu hier soir au Portugal lors du match entre Guimarães et Porto.

Cette fois c’est Moussa Marega, l’attaquant du double vainqueur de la C1, qui a été victime de cris de singe du public de Guimarães quelques minutes après avoir marqué le but victorieux pour son équipe.

Le joueur a alors décidé de quitter le terrain avant la fin du match,  excédé par les cris racistes venus des tribunes. C’est alors que son entraîneur, Sergio Conceiçao et la quasi-totalité de ses coéquipiers ont tenté de le faire rester sur la pelouse par tous les moyens. Mais rien ni personne ne pouvait l’en dissuader. Il a cependant accepté d’attendre le changement et d’être remplacé par Wilson Manafá. Le Malien est ensuite rentré aux vestiaires, non sans avoir été auparavant sanctionné d’un carton jaune par l’arbitre.

L’attaquant des Dragons a réagi sur les réseaux sociaux à cet acte du public :

« Je voudrais juste dire à ces imbéciles qui viennent au stade faire des cris racistes… Allez vous faire fou***Et je remercie également les arbitres de ne pas m’avoir défendu et mis un carton jaune parce-que je défends ma couleur de peau. J’espère que je ne te reverrai plus jamais sur un terrain de football ! Vous êtes une honte !« .

Un scène qui relancera le débat sur le laxisme des instances sportives en matière de racisme dans les stades. La question sur la décision des joueurs qui sont victimes de ces cris de quitter le terrain est également fera également parler, surtout lorsqu’on observe la réaction des coéquipiers de Marega.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.