FI

LOSC : Bielsa ne lâche rien !

par

L’histoire est loin d’être terminée. Évincé fin novembre à la suite de résultats décevants, Marcelo Bielsa est bien décidé à faire valoir ses droits. Car si Lille a rompu son contrat pour faute grave le 15 décembre dernier, l’Argentin ne compte pas se laisser faire.

Selon l’Equipe, l’ancien coach lillois, qui réclame 18,6 millions d’euros de préjudice (13M de salaires + 5M de préjudices) a franchi une étape supplémentaire dans sa défense. Il a en effet saisi le tribunal de commerce de Lille le 16 janvier dernier.

Bielsa n’ayant pas touché ses salaires restants dus, il demande que la justice constate que le LOSC est en cessation de paiement afin de pouvoir ouvrir une procédure de redressement judiciaire. La première audience, programmé lundi prochain, a été reportée.

L’avocat de Marcelo Bielsa veut en effet attendre les conclusions du club lillois, déjà prêt à plaider. L’Argentin a également rendez-vous selon l’Equipe mardi au siège de la LFP. Devant la commission juridique, les dirigeants du LOSC, dont Gérard Lopez, vont aussi devoir s’expliquer sur le fameux contrat signé sous seign-privé entre Lopez et Bielsa.

Un document qui avait été dissimulé à la Ligue ainsi au directeur juridique de Lille. A tout cela vient aussi s’ajouter une audition aux prud’hommes, agendée au 13 mars.

Lille espère se sortir indemne de ce dossier, en appuyant sur des grosses erreurs de management d’El Loco en interne pour le virer sans indemnité. Une défense qui pourrait être bien maigre face à Bielsa, décidé à obtenir son dû. Quitte à plomber fatalement le LOSC.

Retrouvez toute l'actu mercato de Lille OSC / LOSC

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.