Le best-of Les-transferts 2018

Contenu commercial | Nouveaux clients seulement | 18+

Découvrez nos moments marquants de l’année écoulée !

L’année 2018 s’est achevé il y a quelques heures. Une année riche en émotions, en matchs, en rumeurs, en transferts…

Nous avons chacun sélectionné les moments, les buts ou les événements qui nous ont le plus marqués.

Les voici en mots, en images et en subjectivité.

Babacar

Le retourné de Ronaldo

J’ai hésité à choisir ce but, d’une part parce que je voulais garder une place pour rendre hommage au trio Mané Salah Firmino qui m’a séduit.

D’autre part, je ne voulais pas parler deux fois de Cristiano Ronaldo pour que l’on ne remarque pas trop qu’il s’agit de mon joueur préféré.

Cependant, son coup de canon contre la Juventus m’avait tellement marqué et surpris lorsque je l’ai vu que je me sens obligé de le mentionner.

Cerise sur le gâteau, les applaudissements du public adverse, comme Ronaldinho et d’autres grands joueurs avant lui, représentèrent tout un symbole.

En ce 3 avril, on ne savait pas encore que le public turinois aurait encore l’occasion d’applaudir Cristiano Ronaldo.

Sénégal – Colombie

Ou une histoire de cartons.

Comme mon prénom ou la célèbre chanson de France Gall peuvent l’indiquer, je suis français d’origine sénégalaise.

Ainsi, j’espérais vivement que le Sénégal se qualifie dans le groupe H, qui était à mon sens le plus ouvert.

Malheureusement, les Lions de la Teranga ont raté l’accession aux huitièmes de finale… à cause du fair-play.

Pour la première fois dans l’histoire de la compétition, ce sont les cartons qui ont fait la différence et qui a permis au Japon de passer, ou plutôt au Sénégal d’être éliminé.

Certes, un nul contre la Colombie et certains buts dommageables (notamment contre le Japon) auraient pu nous éviter d’en passer par là.

Cela n’a pas empêché qu’au coup de sifflet final, la déception et la tristesse étaient vivaces, moi qui espérais revoir cette équipe au tour suivant.

Heureusement, la victoire française m’a amené du baume au cœur.

Et pour cette année, je suis convaincu que Sadio Mané, Ismaïla Sarr, Idrissa Gueye, Kalidou Koulibaly, Baldé Keita, Youssouf Sabaly et compagnie feront bonne figure lors de la CAN 2019.

Le transfert de Cristiano Ronaldo

C’est un transfert qui nous a tenu en haleine une bonne partie de l’année.

À l’instar de celui de Neymar l’année dernière, on avait du mal à croire que Cristiano Ronaldo allait partir. Pour ma part, c’était le cas. Et pourtant.

Après neuf ans au Real Madrid, CR7 est bel et bien parti à la Juve.

Le CR7 Day

Après la surprise des premiers jours, et un peu de temps pour qu’il ouvre son compteur, force est de constater que ses performances et son aura restent intacts, même en Italie.

Le décès de Vichai Srivaddhanaprabha

C’est un événement qui m’a marqué, d’autant plus que j’étais à Londres à ce moment.

Le propriétaire historique de Leicester est décédé le 27 octobre suite à un accident d’hélicoptère.

Je me souviendrais à la fois du choc de la nouvelle et de l’hommage que l’équipe et la ville de Leicester ont rendu à l’homme et au président.

Le racisme vécu par Kalidou Koulibaly

C’est sans doute parce que cet événement est tout frais qu’il me vient en mémoire.

Les débordements racistes des Ultras intéristes m’auront marqué car malheureusement, ce ne sont ni les premiers ni les derniers, en Italie ou ailleurs.

Certes, mes origines et mon affection pour Koulibaly font que je suis moins objectif.

Néanmoins, je n’oublie pas qu’une peau de banane a été jetée non loin d’Aubameyang lors du derby contre Tottenham (même si le coupable a assuré qu’il ne s’agissait pas d’un acte raciste)

Je n’oublie pas que Sterling a été victimes d’insultes discriminatoires lors du match contre Chelsea le 8 décembre.

Je n’oublie pas non plus les autres débordements qui ont lieu depuis des années dans des enceintes de football.

Enfin, je n’oublie pas non plus que certains acteurs du monde du football et certaines autorités politiques ont défendu les victimes et vilipendé les fautifs.

Je n’oublie pas le soutien du San Paolo pour le retour de Koulibaly à Naples.

J’espère que cela fera avancer les choses pour que cela arrive de moins en moins, et pourquoi pas pour que cela n’arrive plus du tout, sur un terrain ou ailleurs.

Thibaut

Le départ d’Arsène Wenger

La fin d’une ère… La fin de l’Arsenal d’Arsène… “Arsène who ?’’ titrait l’Evening Standard à sa venue en 1996, signe que les journaux britanniques n’avaient aucune idée de l’identité du nouveau manager des Gunners de l’époque.

Ce 20 avril 2018, la presse anglo-saxonne est tout aussi unanime : Arsène va laisser un vide en Angleterre.

Après 22 ans à la tête du club au canon, le technicien a tiré sa révérence après une énième saison poussive. Mais ce que l’on retiendra c’est l’héritage qu’il va laisser derrière lui.

Le premier entraîneur non britannique de l’histoire d’Arsenal a révolutionné la Premier League, apporté une nouvelle philosophie de jeu, basée sur le beau football fait de nombreux redoublements de passes et des nouvelles techniques d’entraînement et de préparation de match avec un suivi diététique minutieux.

Le départ de ce grand monsieur du football, le “Professeur”, comme il sera surnommé outre Manche, m’a fait le même choc que lors de l’annonce de la retraite de Sir Alex Ferguson. Je n’avais jamais connu Manchester United sans Ferguson… Je n’avais pas non plus connu Arsenal sans Arsène.

Que retenir d’autre sur Arsène Wenger ? Sa saison terminée sans défaite en 2003/2004 forcément, la création de l’Emirates Stadium qu’il a quasiment imaginé tout seul, ses “baby gunners”, ses récentes débâcles…

On retiendra surtout qu’il est et restera un très grand manager et un très grand homme, d’une intelligence remarquable. Bonne chance pour la suite de ta carrière et de ta vie Arsène !

Le retourné de Bale en Finale de LdC

Si il y a un but que l’on doit retenir en 2018, c’est bien ce retourné incroyable de Gareth Bale.

Celui de Cristiano était merveilleux, il était sorti de nulle part et avait provoqué les applaudissements des supporteurs adverses. Mais celui du Gallois est pour moi encore plus retentissant.

Tout d’abord parce que le geste est  parfaitement exécuté, à une hauteur renversante, et car il s’est déroulé lors de la finale de Ligue des champions, face au FC Liverpool, une équipe légendaire aux cinq couronnes européennes.

Gareth Bale a inscrit un but somptueux en finale de la coupe aux grandes oreilles et vient se ranger aux côtés d’un Zinédine Zidane par exemple, qui avait marqué un but d’anthologie également avec le Real Madrid lors d’une finale de cette même compétition. Voilà pourquoi ce but m’a marqué plus qu’un autre cette année.

Le match France-Argentine : la frappe de Pavard

Pour une année de Coupe du monde, il y a forcément plusieurs moments de cette compétition qui m’ont marqué. Et forcément l’équipe de France fait partie de ces souvenirs, joyeux qui plus est.

Le match qui m’a le plus marqué est le huitième de finale France-Argentine. Cette rencontre était pour moi la plus emballante du tournoi. Des buts, du suspense, des renversements, un jeune joueur qui fait rêver la planète entière, un but mémorable, tout ce qu’il faut pour “kiffer” devant un match de football.

Et ce match ce sera aussi l’acte fondateur de cette coupe du monde pour l’équipe de France. Celui qui a fait prendre conscience aux Bleus de leur force. Celui qui a créé un mental à toute épreuve et une cohésion d’équipe inébranlable.

Et comment ne pas parler de la frappe de Pavard, cette frappe de…

Le but d’une vie… Celui qui m’a le plus fait vibrer, après la frustration des deux buts encaissés bêtement et contre le court du jeu. Je ne pense pas que Benjamin Pavard inscrira à nouveau une filoche aussi belle dans sa carrière, mais qu’importe, il nous a apporté tant de bonheur ce jour-là.

L’intuition de Deschamps

C’est une interview de fin d’année, diffusée en décembre sur RMC Sport, qui m’a marquée.

Une entrevue réalisée avec le sélectionneur pour revenir sur son année 2018, sa Coupe du monde et d’autres sujets entourant la carrière de l’entraîneur bayonnais.

Il y a un passage de cette interview qui a retenu toute mon attention. Lorsque Didier Deschamps annonce au journaliste qu’il a eu une intuition folle, à trois jours de la finale de coupe du monde face à la Croatie, qu’il allait offrir un nouveau titre à l’équipe de France.

Il était habité par ce sentiment que rien ne pouvait stopper ce groupe et que même si une dernière étape devait être franchie, elle n’empêcherait pas les Bleus de décrocher une deuxième étoile.

Un sentiment inexplicable. Et ce sentiment, cette intuition, je l’ai ressentie également quelques jours avant. Ce moment dont j’avais toujours rêvé, de voir triompher l’équipe de France, de voir le pays en liesse, bizarrement cela ne m’a mis aucune pression particulière, je savais que les Bleus allaient le faire. Même lorsque Perisic a égalisé, je n’ai pas douté une seule seconde.

20 ans après, les Bleus font chavirer tout un peuple… Je n’avais que deux  ans et demi quand la France a ramené la première étoile. Je n’en ai donc aucun souvenir. Aujourd’hui, ces moments resteront gravés à jamais dans ma mémoire.

Johan

Le triplé de Zizou en C1

Il est arrivé en provenance de l’équipe réserve. Florentino Perez lui a de suite annoncé la couleur, il faut remporter la Ligue des Champions.

Zinedine Zidane va faire mieux puisqu’il va en remporter trois de d’affilées. L’entraîneur tricolore a géré le club comme un maître.

Il a réussi à mettre tout le vestiaire dans sa poche. Il est celui qui n’a pas hésité à mettre Cristiano Ronaldo sur le banc pour le faire souffler.

Seul bémol, ZZ n’a pas réussit à faire de Gareth Bale le grand joueur tant espéré. Mais ce n’est pas grave, il est entré dans le panthéon du football avec les Merengues.

Aujourd’hui, il est en pleine année sabbatique. Il pourrait reprendre du service l’an prochain. La Juventus Turin le surveillerait de près.

La VAR en Ligue 1

Elle avait été testé l’an dernier en Coupe de la Ligue. Cet été, elle a débarqué en Ligue 1 et après quatre mois on peut dire que c’est tout de même un succès.

Plusieurs décisions ont été corrigé et les arbitres se sentent moins en pression. La semaine dernière, L’Equipe nous annonçait que le réel progrès était sur les phases de hors-jeu.

Cinq buts ont pu être accordés contre onze refusés. Le seul petit bémol est le temps moyen pris par un arbitre pour un visionnage.

La moyenne serait tout de même de 2 minutes et 22 secondes. D’ici là, il devrait y avoir des améliorations.

Marcelo Bielsa de la Ligue 1 à la Championship

Souvenez vous de l’été 2017 du côté de Lille. Marcelo Bielsa devient l’entraîneur et tout le LOSC se met à rêver d’une saison dorée.

Le coach argentin change de nombreuses choses au centre d’entraînement. Plusieurs joueurs arrivent notamment des jeunes, les anciens sont mis à l’écart (le loft).

Après deux rencontres de Ligue 1, le club nordiste est en haut de l’affiche et puis plus rien. Les mauvaises performances s’enchaînent, les joueurs ne comprennent pas les consignes de leur coach. Lille plonge dans les profondeurs du classement.

El Loco est mis sur la touche par ses dirigeants avant de se faire licencier. Tout le monde pense que le technicien sud-américain ne se relèvera pas.

Pourtant, celui qui est considéré comme le meilleur entraîneur du Monde par Pep Guardiola va relever le challenge de la Championship.

Cet été, il s’engage avec Leeds United. Après cinq mois de compétitions, le club anglais joue le haut du tableau et se positionne comme un sérieux candidat pour trouver la Premier League.

L’arrivée de Thomas Tuchel

Du côté du Qatar, on espère que le coach allemand pourra emmener le Paris Saint-Germain sur le toit de l’Europe.

Arrivé cet été, ce dernier a déjà battu le record de victoires consécutives en Ligue 1 pour le club de la Capitale.

Abonné au 4-3-3 depuis l’ère Laurent Blanc, l’ancien technicien de Dortmund est parvenu à mettre en place un 3-4-3 et un 4-2-3-1 qui fait le bonheur de ses joueurs, notamment de Neymar qui s’est remplacé dans l’axe pour évoluer en numéro 10.

N’ayant pas eu de milieu de terrain cet été, il fait monter Marquinhos pour en faire aujourd’hui un titulaire indiscutable à la place d’Adrien Rabiot mis au placard par ses dirigeants.

Pratiquement déjà champion de France, le PSG va pouvoir se concentrer sur son double rendez-vous face à Manchester United.

Bilan de la mi-saison : le pari Thomas Tuchel est pour le moment une vraie réussite et le PSG peut rêver plus grand.

Cédric

Le parcours de l’OM en Europa League

Les clubs français et la Coupe d’Europe, ça n’a jamais été une grande histoire d’amour. Seul le PSG et l’OM ont effectivement ramené dans l’hexagone un titre continental et en 2018, c’est encore Marseille qui aurait pu réaliser un exploit.

Un exploit car le club n’était pas programmé pour arriver jusque là ! Il n’y a qu’à voir la phase de poule où les marseillais n’engrangent que deux victoires en six matchs contre Guimaraes, Konyaspor et Salzbourg (futur demi-finaliste).

Mais le discours de Rudi Garcia et l’approche de la Coupe du Monde a donné des ailes a l’effectif phocéen qui a réussi à gravir les échelons et notamment face à Braga, Bilbao, Salzbourg et aussi Leipzig avec un match retour d’anthologie (5-2 au Vélodrome).

La route s’est toutefois arrêtée en finale face à l’Atletico Madrid (3-0). La sortie de Payet en début de match et l’action du duo Mandanda-Zambo Anguissa ont rapidement fait perdre espoir aux marseillais.

Paris invaincu en L1 depuis août

Si le Paris Saint Germain cherche toujours à remporter sa première Ligue des Champions, le club de la capitale n’en oublie pas la scène nationale et avec Thomas Tuchel, l’objectif est encore plus claire : il faut tout gagner !

A la mi-saison, cette mission est bien menée puisque le PSG est largement leader de la Ligue 1 avec 13 points d’avance sur Lille (avec 2 matchs en moins). Le bilan est de 15 victoires et 2 matchs nuls en 17 rencontres avec 50 buts marqués pour 10 encaissés seulement.

La meilleure attaque et défense du championnat ne laisse pas la Coupe de la Ligue de côté puisque là aussi l’équipe est sorti victorieuse de son match contre Orléans (2-1) et la Coupe de France ne devrait être qu’une simple formalité (Pontivy, dimanche 6 janvier).

Une véritable machine à gagner !

Lionel Messi meilleur buteur 2018

Auteur d’une petite Coupe du Monde avec l’Argentine (sorti par la France en huitième de finale), Lionel Messi reste l’un des meilleurs joueurs au Monde et certainement le meilleur en terme de statistique sur l’année civile 2018.

En effet, même s’il ne figure qu’à la cinquième place du Ballon d’Or 2018, le petit argentin a quand même réalisé une très bonne année avec ses coéquipiers puisqu’ils ont remporté un titre de champion d’Espagne (le 9ème depuis 2005), une Coupe d’Espagne (la 4ème d’affilée) et une supercoupe d’Espagne.

Les dernières confidences de Leo Messi

Sur le plan individuel aussi, Messi n’a pas chômé non plus avec un nouveau titre de meilleur buteur et meilleur passeur en Espagne au terme de la saison 2017/2018. D’ailleurs, l’attaquant de 31 ans n’a pas cessé de faire grimper ses stats depuis cet été puisqu’il a déjà marqué 21 buts et délivré 13 passes décisives en 20 rencontres.

Le petit gaucher de 1m70 fini d’ailleurs meilleur buteur sur l’année civile 2018 avec 51 buts en 54 rencontres !

Le rachat de Bordeaux

Dans cette Ligue 1 Conforama de plus en plus riche, un petit nouveau est venu se rajouter à la liste des clubs récemment achetés. Il s’agit des Girondins de Bordeaux.

Longtemps sous la tutelle de M6 qui rechignait à investir en masse pour redonner au club aquitain quelques lignes à son palmarès, la formation girondine a été confiée aux fond d’investissements américains GACP.

La nouvelle ère bordelaise

L’objectif du club est sans doute de concurrencer les autres clubs rachetés ces dernières années (PSG, ASM, Lille, OM,..), mais pour le moment la mayonnaise a du mal à prendre.

L’équipe est douzième de Ligue 1 et éliminé de l’Europa League. Il faudra sans doute du temps pour que tout cela prenne forme. Pourquoi pas en 2019 ?


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Tombé dans la grande marmite du football en 2006, je souhaite partager ma passion magique pour le ballon rond à travers mes écrits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez responsablePlay safe