US

La France va-t-elle disputer la Copa America ?

par

Voir Antoine Griezmann affronter Neymar, Edinson Cavani et Lionel Messi, ça semble possible en 2019. Les Bleus pourraient avoir l’occasion de se tester en Copa America.

Des nouveautés en Amérique du Sud

Si Didier Deschamps et ses hommes pourraient avoir l’opportunité de disputer cette compétition en 2019 c’est parce que la Copa America change.

La confédération sudaméricaine de football a décidé d’un passage à 16 équipes pour cette épreuve très suivie de la planète football.

10 équipes seraient sudaméricaines, les six autres seraient des nations invitées à disputer la compétition. C’est dans cette optique que les Bleus ont leur chance.

Avec l’Italie et le Portugal ?

Pour que tout le Monde s’y intéresse, des nations prestigieuses pourraient faire le déplacement. Le Champion d’Europe en titre pourrait être invité.

Tout comme la Squadra Azzura qui a également réalisé un beau parcours à l’Euro 2016 en France. Deux formations qui ne feraient pas tâche à côté des autres.

Sur les 6 équipes invitées, quatre places seraient réservées aux nations européennes et deux autres pour des équipes d’Amérique Centrale. En 2015, le Mexique et la Jamaïque avaient participé.

Un bon test

La Copa America aurait déjà pu accueillir une nation européenne mais l’Espagne avait refusé de participer en 2011 aux côtés de Cavani, Neymar et Messi.

Pourtant, affronter sans pression ces formations que l’on a peu l’occasion de croiser peut sembler être un bon moyen de s’entraîner aux grosses compétitions.

Il est souvent reproché à l’UEFA et la FIFA de ne pas permettre aux Bleus de se mesurer aux grosses écuries avant la Coupe du Monde ou l’Euro.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.