« Jouer comporte des risques : endettement, dépendance... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé). »

EdF : son transfert surprise au Bétis, son départ avorté à Liverpool, Nabil Fekir raconte tout

Le meneur de jeu français se sent bien en Espagne.

EdF : son transfert surprise au Bétis, son départ avorté à Liverpool, Nabil Fekir raconte tout

Nabil Fekir a surpris tout le monde cet été lorsqu’il a choisi de quitter l’Olympique Lyonnais pour rejoindre le Bétis Séville. Si son départ ne faisait presque pas de doute, on imaginait une destination plus huppée pour le champion du monde malgré une dernière saison ratée à Lyon.

Dans un long entretien accordé à l’Equipe, l’ancien capitaine de l’OL est revenu en détails sur son transfert estival en Andalousie.

Bétis : un choix réfléchi

« Quand j’ai pris la décision de rejoindre le Betis, j’étais sûr de moi, sûr de mon choix. Pour l’instant, ça me réussit bien. J’ai été convaincu par le projet de jeu, par le discours des dirigeants, du coach. J’avais suivi quelques matches de cette équipe la saison dernière et ça m’a motivé pour la rejoindre. C’est un club très familial, où j’ai été très bien accueilli » a confié le joueur de 26 ans formé dans le Rhône avant d’ajouter. « C’est un jeu différent de la France (la Liga), beaucoup plus technique. Ça me correspond un peu plus. Je suis épanoui humainement et sportivement. C’est ce qui compte. La Liga, c’est un Championnat qui m’a toujours attiré et j’ai la chance aujourd’hui d’y évoluer, au sein d’un club familial. J’ai retrouvé l’épanouissement qui m’a, peut-être, un peu manqué l’an dernier. »

L’an dernier justement, le leader lyonnais peine à reproduire ses performances de la saison pré coupe du monde et subit de lourdes critiques. Malgré tout, le natif de Lyon ne pense pas avoir fait l’année de trop chez les Gones.

« Non, ce n’était pas l’année de trop. Lyon, c’est un club qui m’a révélé, qui m’a tout apporté. C’est ma vie, ma ville. J’y ai toute ma famille, mes amis. La saison dernière a juste été différente des autres. Je n’ai pas fait la préparation comme tout le monde. Derrière, j’ai livré des prestations en dessous de mon niveau. »

Cependant, après avoir remporté le mondial avec les Bleus et surtout après son transfert avorté à Liverpool en juin 2018, Nabil Fekir a eu beaucoup de mal à enchaîner et à se remettre dans le droit chemin avec son club formateur.

« Moi, j’ai essayé de ne pas y faire attention. Après, oui, ça jouait forcément sur mon mental, sur moi. Même si c’était inconscient et que je me répétais que cela faisait partie du destin. Mais ce n’est pas ça qui a fait que j’ai réalisé une saison moyenne. Aujourd’hui, ça m’arrive encore d’y penser. Mais sans ressentir de regrets » a déclaré le Sevillan à ce sujet. Pour rappel, Fekir était tout proche de signer en faveur des Reds mais au dernier moment Liverpool avait fait machine arrière après la visite médicale, affirmant ne pas être sûr de l’état du genou du Lyonnais.

Un départ à Liverpool avorté à cause de son genou ? C’est faux selon Fekir

Et même s’il avoue que sa saison ratée n’est pas dû à cet aléa de carrière, ce faux-départ a forcément eu un impact sur ses performances, notamment au niveau psychologique.

« Ça m’a touché parce qu’il y a eu un nombre incroyable de mensonges racontés à ce sujet. Tout ce qui s’est dit sur ma famille notamment. Ça leur a fait du mal, comme ça m’a fait du mal… (…) Moi, je suis tranquille car ce qu’il s’est dit, ce n’est pas la vérité. Le genou, il va très bien. J’ai fait une visite médicale à Clairefontaine, elle a glissé vite fait (rires) ! On ne m’a pas parlé une seule seconde du genou. Vous parliez de la proposition du président Aulas. Si mon genou était vraiment dans une situation critique, vous pensez qu’il m’aurait fait une telle proposition ? (le président lyonnais avait proposé une prolongation de contrat record cet été pour son capitaine) Mais le pire, c’est qu’on puisse avancer que c’est à cause de ma famille que le transfert n’a pas eu lieu, c’est un mensonge… Mais il faut faire avec. »

Désormais, Nabil Fekir n’a plus aucune rancœur et se sent suffisamment apaisé pour parfaitement s’adapter en Espagne. Après des débuts réussis avec le Real Bétis (2 buts en 3 matches), l’international français est prêt à faire parler ses qualités techniques pour faire mal aux défenses de Liga.

par :

Cette news Betis Seville t'a plu ?
Abonne-toi à notre newsletter