US

Droits TV : Jeu de dupes

par

Droits TV : Jeu de dupesLa Ligue 1 est en danger ! Orphelin des droits TV qu’aurait du verser le groupe Mediapro, le championnat se retrouve dans une situation délicate. Les clubs, dont les droits TV représentent entre 24% et 76% des recettes enregistrées, traversent une passe très difficile dont certains ne pourraient en réchapper. Coup de projecteur sur une situation compliquée. 

Mediapro, Canal +, Bein Sport ou encore France TV. Durant ces derniers jours, nous avons été sujets à une vague impressionnante d’informations de laquelle ressortaient régulièrement ces noms. Petite remise en contexte.

Mais comment en est-on arrivé là ?

En mai 2018, la Ligue de Football Professionnel met en vente les droits de diffusion télévisuels de Ligue 1 et Ligue 2 pour la période 2020-2024. C’est à l’époque, le groupe sino-espagnol Mediapro qui rafle la mise pour un montant de 830 millions d’euros par saison, de quoi offrir de belles ressources aux clubs de Ligue 1. Canal +, diffuseur historique, avait mal vécu cet échec, ne remportant que deux affiches chaque week-end. Après la mise en route tardive de sa chaîne Telefoot, 4 jours avant la reprise du championnat, Mediapro diffusait, le 21 août dernier le match entre  Bordeaux et Nantes (0-0).

Malgré les réserves concernant le prix des abonnements ou la somme faramineuse engagée dans cette acquisition, Mediapro versait à la LFP les 172 millions d’euros prévus dans le deal (17% de la somme). C’est seulement au moment du règlement de la seconde échéance (172 millions d’euros) en octobre que tout s’est envenimé. En incapacité de payer, le groupe de Jaume Roures tablait sur un report de paiement. Déjà fragilisés par la crise sanitaire, les clubs de Ligue 1 s’en trouvèrent encore un peu plus affectés.

Tout bascule définitivement en décembre. En plus de ne pas avoir régler ce qu’elle devait en octobre, Mediapro n’a pas non plus réglé les 150 millions prévus pour ce mois. C’est donc le 11 décembre que le divorce entre la LFP et Mediapro fut acté devant la justice, la Ligue devant récupérer ses droits pour les remettre en vente. Depuis, Telefoot continue de diffuser la Ligue 1 en attendant un futur repreneur qui tarde à venir.

Pour couronner le tout, Maxime Saada, président du directoire du groupe Canal +, a récemment indiqué rendre son lot, jugeant que l’offre était désormais caduque. Un casse-tete pour les instances du football français, victimes elles-aussi de l’appât du gain.

Qui pour sauver le navire ?

Ces derniers jours, de nombreux acteurs télévisuels se sont positionnés pour reprendre les droits désormais vacants de nos championnats. Assurant l’intérim en attendant un racheteur, Mediapro et sa chaîne Telefoot ont, par le biais d’une lettre adressée à la Ligue ce samedi, proposé de diffuser gratuitement la Ligue 1 « au moins jusqu’à la fin de la saison ».

De son coté Canal + est en position de force et grand favori pour racheter les fameux droits. Dans les colonnes des Echos en octobre dernier, M. Saada déclarait qu’il n’était « pas question » de mettre sa chaîne « dans le rouge en réinvestissant à perte dans le football ». En d’autres termes, il ne verrait pas d’un mauvais œil le rachat des droits par la chaîne cryptée, mais ce serait à ses conditions.

Cependant, pour Antoine Feuillet, maître de conférence et rédacteur d’une thèse sur le sujet, le groupe Vivendi devrait se méfier car « Canal joue sur sa position dominante sur le marché. Après, ça peut lui retomber dessus s’il perd les droits et qu’il se retrouve sans L1, parce que malgré tout ce qu’ils disent, Canal+ a encore besoin de la Ligue 1. Sinon, pourquoi se seraient-ils battus pour récupérer les droits de beIN après l’appel d’offres de 2018 ? Ils sont juste dans un jeu de dupes où chacun défend son intérêt ».

Le football en clair : réelle possibilité ou simple mirage ?

Outre ces deux prétendants, on a récemment entendu parler d’une chose à laquelle peu avaient pensé : une diffusion des matchs en clair. En effet, selon les informations du Parisien, le groupe du service public France Télévision, détenu par l’Etat, aurait proposé ses services dans le cadre d’une diffusion en clair de la Ligue 1. Il est par contre inenvisageable qu’une quelconque somme soit évoquée, le but n’étant pas de procéder au rachat des droits. Le but de cette opération serait d’éviter la menace de l »écran noir » qui pèse désormais sur le football français.

Toujours dans cette idée de diffusion en clair, les groupes TF1 et M6 se seraient aussi proposé de diffuser « à court terme » le championnat de France. Une acquisition sur une longue durée est là aussi inenvisageable en cette période de crise sanitaire.

Plusieurs questions se posent donc sur l’identité du futur diffuseur, pour le moment méconnu. Canal ? Telefoot ? La solution « en clair » ? BeIN, ancien détenteur de 8 matchs par journée ? On avait même entendu des rumeurs concernant un rachat par les GAFA ou DAZN, pistes aujourd’hui jugées presque improbables à la vue du coût du championnat. Il apparaît cependant clair que chacun cherchera à servir ses intérêts et devra faire preuve d’endurance pour l’emporter.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.