FR

Bientôt un nouvel équipementier à Marseille ?

par

Les habitudes des supporters de l’Olympique de Marseille pourraient être chamboulées d’ici peu. Adidas pourrait laisser sa place sur le maillot de l’OM.

Puma est chaud

C’est un félin que l’on pourrait voir apparaître sur le torse des joueurs de l’Olympique de Marseille lors des saisons à venir.

L’équipementier proposerait un meilleur contrat au club marseillais que celui d’Adidas. Une somme de 14 millions d’euros par an, hors bonus, est évoquée.

C’est 4 millions de plus que ce que paye Adidas pour le moment. Attention, la marque Under Amour veut mettre son grain de sel et également négocier.

La fin des trois bandes ?

C’est une partie de l’histoire de l’Olympique de Marseille qui pourrait donc s’achever à l’été 2018, date de la fin du contrat avec le club.

Marseille et Adidas, c’est une histoire qui durait depuis plus de 40 ans ! Malgré quelques écarts avec Reebook et Mizuno, les deux entités sont restées fidèles l’une à l’autre.

Avec Adidas, l’OM a connu les plus belles années de son histoire. Notamment la victoire en Ligue des Champions en 1993.

Puma veut gagner des marchés

La marque au félin n’est pas la mieux représentée sur le marché du football. Quelques équipes sont équipées par Puma mais cela reste encore assez rare.

En France, deux formations de Ligue 1 ont le félin sur leur torse : Bordeaux et Rennes. Puma équipe deux clubs prestigieux en Europe, le Borussia Dortmund et Arsenal.

L’enseigne a fait son trou avec les sélections. L’Italie, le Cameroun, l’Autriche, la Côte d’Ivoire ou encore le Ghana et la Suisse travaillent avec la marque.

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique de Marseille / OM

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.