US

OL : Aulas se paye deux présidents de Ligue 1 !

par

Invité sur le plateau de l’Equipe d’Estelle, le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, en a profité pour lâcher une petite pique sur deux autres présidents de Ligue 1.

A l’occasion d’un petit quiz plutôt léger avec des questions comme « blonde ou brune ? », « Beaujolais ou Pétrus? », Estelle Denis demande à Aulas de choisir entre Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG, et Bertrand Desplat, président de l’EAG.

Deux hommes avec lesquels le président lyonnais a eu quelques accrochages ces derniers mois. La réponse est claire :

Choisir entre la peste et le choléra, c’est difficile… Non, Nasser

Une déclaration pas si étonnante de la part du dirigeant lyonnais. Depuis l’arrivée du Qatar à Paris, il n’a eu de cesse de critiquer le modèle économique du club parisien et sa concurrence déloyale.

Et ce même si Jean-Michel Aulas a toujours fait la distinction entre ses attaques envers le club et l’homme, qu’il respecte et avec qui il s’entend très bien.

Pour ce qui est de Bertrand Desplat, ce dernier avait critiqué la position d’Aulas dans un entretien à l’Equipe. Il la jugeait en effet trop anti-PSG, taxant alors le président lyonnais de « mauvais perdant » :

J’ai l’impression que Jean-Michel est un roi de l’ancien monde qui a envie que rien ne change. […] On n’aurait pas accumulé autant de retard si on n’avait pas eu des dirigeants conservateurs qui endormaient avec de belles promesses et de fausses paroles. Ça fait longtemps que je dis que Jean-Michel est le plus grand conservateur du foot français

La réponse d’Aulas avait alors été cinglante, arguant notamment que Desplat n’avait « rien démontré contrairement à d’autres pour pouvoir parler des entrepreneurs ou des présidents ».

Un échange qui explique donc le timide « Non, Nasser » qui a suivi sa phrase choc.

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique Lyonnais / OL

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.