US

5 pistes pour remplacer Rajevac à la tête de l’Algérie

par

Milovan Rajevac parti, l’Algérie se cherche un nouveau sélectionneur pour mener l’équipe jusqu’à la CAN 2017 et la Coupe du Monde 2018. Pour cela, la fédération du pays a sélectionné plusieurs pistes :

1. Rudi Garcia

Son nom avait été un temps évoqué mais la piste semblait bien froide.

Aujourd’hui, l’ancien coach de l’AS Rome a mis fin à tout espoir puisque son arrivée sur le banc de l’Olympique de Marseille a été annoncée.

Dommage !

2. Alain Perrin

Depuis quelques temps, l’ancien entraîneur de Saint-Etienne et de l’Olympique Lyonnais dépose sa candidature lorsqu’un poste de sélectionneur est vacant.

Recalé par la Belgique après avoir été le coach de la Chine, c’est en Algérie qu’Alain Perrin souhaite rebondir.

3. Paul Put

L’ancien sélectionneur de la Gambie et du Burkina Faso a dans son CV une finale de la CAN avec les Les Etalons.

Une donnée qui pourrait peser lourd alors que l’Algérie est favorite pour remporter la Coupe d’Afrique des Nations en 2017.

Paul Put, la bonne pioche ?

4. Rolland Courbis

Tout comme la rumeur Didier Drogba à l’OM, celle de voir Rolland Courbis s’assoir sur le banc de la sélection des Fennecs dure depuis son passage à Alger.

Expérimenté du championnat de France et vainqueur de la Coupe d’Algérie et la Coupe d’UAFA avec l’USM Alger, son CV plait beaucoup.

Il reste à voir si son tempérament peut mener l’équipe sur le toit du continent.

5. Hubert Fournier

Sans club depuis son éviction de l’Olympique Lyonnais en décembre 2015, l’ancien entraîneur de Reims cherche un nouveau challenge.

Son nom est dans la short-list pour le poste de sélectionneur de l’Algérie. Tout comme celle pour devenir le futur coach des Espoirs de l’équipe de France.

A voir où Hubert a envie d’aller !

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.