Stéphane Guivarc’h, de la Coupe du monde aux piscines

Titulaire en finale de la Coupe du monde face au Brésil, Stéphane Guivarc’h garde certainement un goût amer de ce sacre. Avec aucun but au compteur, l’ancien serial-buteur de l’AJ Auxerre va voir sa carrière couler à pic. Aujourd’hui, le Breton est… commercial dans les piscines et Manager Général d’un club amateur breton !

Guivarc'h

« Numéro 9 ? Stéphane Guivarc’h »

Il est loin le temps où le Stade de France reprenait en chœur le nom de Stéphane Guivarc’h lors d’un France – Brésil 1998 marqué au fer rouge dans les livres d’histoire.

Double meilleur buteur de Division 1 avec Rennes en 1997 et Auxerre en 1998, Stéphane Guivarc’h possède tous les attributs pour planter un maximum de buts en Coupe du monde. Raté.

Titularisé par Aimé Jacquet pour le premier match des Bleus face à l’Afrique du Sud, Steph’ se blesse dès la 27e minute.

Christophe Dugarry assure parfaitement l’intérim.

Le meilleur ami de Zizou y va même de son but contre les Sud-Africains

Pendant ce temps-là, le natif de Concarneau se fait soigner et sait que sa Coupe du monde est déjà un échec.

Mais, il a la confiance de Jacquet. De nouveau titulaire face à l’Italie et la Croatie, le Finistérien voit son compteur bloqué à zéro !

A la fin de la Coupe du monde, Stéphane Guivarc’h soulève le trophée Jules-Rimet mais son égo de buteur en prend un coup.

« Ce qui m’a manqué, c’est un petit but en Coupe du monde, racontait l’ancien joueur des Glasgow Rangers (1998-1999) au TélégrammeC’est mon seul regret. »

Après un nouvel échec à Guingamp en 2002, le titulaire de la Légion d’honneur se retire dans l’anonymat le plus complet.

Entre piscines et Trégunc

Stéphane Guivarc’h aurait pu se tourner vers une belle carrière de consultant à l’image de Bixente Lizarazu (TF1), Christophe Dugarry (Canal +), Emmanuel Petit (France Télévisions), Jean-Alain Boumsong (BeIn Sports) mais non.

Il s’est contenté d’un passage éclair sur la chaîne cryptée et sur Foot +.

A 32 ans, il met le football entre parenthèses pour se consacrer à une vie normale.

« Généralement, on a le temps de penser à ce que l’on va faire, pour moi c’est allé vite. Je n’ai rien fait durant deux ans. Et puis un jour, un de mes meilleurs potes, plombier, est venu me parler de piscine, et de rentrer dans son entreprise, confie Guivarc’h dans Le Courrier – Le Progrès. Je lui ai demandé 24 h et lui ai dit oui. »

Sa vie bascule et une seconde carrière démarre.

En deux ans, le champion de France 1996 avec l’AJA devient commercial et sa société, « Tanguy Piscines », double son chiffre d’affaires.

Son passé de footballeur refait surface dans les piscines et Guivarc’h ne touche pas le fond.

A présent, Stéphane est un homme comme vous et moi même s’il n’a pas délaissé complètement le football.

Il est Manager Général de l’US Trégunc pour la saison 2014-2015 après avoir laissé son étiquette de président à Olivier Provost.

« Je veux me recentrer sur le sportif et être plus près des joueurs et des éducateurs, ce que je n’ai pas pu faire cette saison », précise-t-il dans Ouest France.

A 44 ans, Stéphane Guivarc’h a réussi, à sa manière, sa reconversion de footballeur.

Gérant d’entreprise et manager d’un club, une casquette qui va comme un gant à l’ancienne idole de l’Abbé-Deschamps.

La preuve, il est joignable à tout moment. Son numéro de téléphone se trouve dans la rubrique « Contact » sur le site « Tanguy Piscines ».

Un homme « normal » loin de tous les sarcasmes du football professionnel…


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez de manière responsable